Accueil Voyage et découvertes Pourquoi les avions volent-ils à 36 000 pieds ? Explication de l’altitude...

Pourquoi les avions volent-ils à 36 000 pieds ? Explication de l’altitude de croisière

143
0
Pourquoi les avions volent-ils à 36 000 pieds ? Explication de l'altitude de croisière

Si vous avez déjà voyagé en avion, vous avez probablement entendu le commandant de bord annoncer que l'avion a atteint son de . Mais savez-vous pourquoi cette altitude est souvent située autour de 36 000 pieds ? Cet article se propose d'explorer les différentes raisons qui poussent les avions à voler à cette hauteur spécifique.

L'importance de l'altitude de croisière dans l'aviation commerciale

Le choix stratégique de l'altitude

Pour comprendre l'intérêt de voler à une certaine altitude, il faut tout d'abord saisir que le choix de cette dernière n'est pas arbitraire. En effet, il résulte d'un compromis entre plusieurs facteurs tels que la de carburant, la pressurisation ou encore les conditions météorologiques.

L'altitude optimale pour un vol économique et confortable

Voler à haute altitude permet aux avions commerciaux de réduire leur consommation de carburant et d'améliorer leur efficacité. De plus, cela favorise aussi le confort des passagers en évitant les zones peu stables présentes à basse altitude.

Pour mieux comprendre ces aspects, explorons ensemble comment fonctionne la pressurisation des cabines d'avion.

La pressurisation : clé du confort en haute altitude

Maintenir une confortable dans la cabine

La pressurisation de la cabine est essentielle pour permettre aux passagers et à l'équipage de respirer normalement en haute altitude. En effet, au-delà de 10 000 pieds, l' devient trop fin et peut provoquer des malaises dus à l'hypoxie, une insuffisance d'oxygène dans le corps.

Le rôle crucial des systèmes de pressurisation

C'est là qu'interviennent les systèmes de pressurisation : en surpressant l'air dans la cabine, ils créent une atmosphère similaire à celle que l'on pourrait trouver à une altitude plus basse, généralement comparable à celle d'une montagne d'altitude moyenne.

Lire aussi :  Les meilleures destinations où prendre sa retraite dans le monde

Cette pressurisation a également un impact sur un autre aspect crucial du vol : la consommation de carburant.

Comment la consommation de carburant détermine l'altitude optimale

L'influence de l'altitude sur la consommation de carburant

Au fur et à mesure que l'avion monte en altitude, l'air devient moins dense. Cela signifie qu'il y a moins de résistance contre laquelle le moteur doit travailler, permettant ainsi d'économiser du carburant.

Déterminer l'altitude optimale pour chaque vol

Toutefois, il existe une limite à partir de laquelle il n'est plus économique de monter : la densité de l'air diminue tellement que le moteur doit fournir davantage d'effort pour maintenir sa , ce qui augmente alors la consommation de carburant. Il est donc primordial pour chaque vol de déterminer son altitude optimale.

Mais l'altitude optimale ne dépend pas que du carburant. Les conditions météorologiques et aériennes jouent aussi un rôle clé.

Les enjeux météorologiques et aériens à 36 000 pieds

Fuir les conditions météo défavorables

Voler en haute altitude permet également d'éviter les zones de liées aux phénomènes météorologiques qui ont lieu dans les basses couches de l'atmosphère.

Naviguer dans des voies aériennes définies

En outre, voler à 36 000 pieds permet aux avions commerciaux de se maintenir sur les voies aériennes prévues par l'OACI (Organisation de l' internationale) afin d'optimiser la gestion du trafic aérien.

Ce choix d'altitude impacte ainsi directement la sécurité aérienne. Voyons comment.

Sécurité aérienne : éviter collisions et turbulences en altitude

Minimiser le de collision

A 36 000 pieds, le risque de rencontre avec d'autres avions ou objets volants est fortement diminué. Cela permet donc de minimiser le risque de collision.

Avoid les zones de turbulence

En outre, cette altitude élevée permet également d'éviter les zones de turbulence qui peuvent être sources d'inconfort voire de pour l'appareil et ses occupants.

Lire aussi :  Cadeaux gratuits en classe économique : les secrets des stewards et hôtesses de l'air

Cependant, à un moment donné, tout vol doit se terminer par une descente et un atterrissage…

Descente et atterrissage : pourquoi quitter l'altitude de croisière avant d'atterrir

Réduire l'altitude pour préparer l'atterrissage

C'est lors de la phase descendante du vol que l'avion quitte son altitude de croisière. Cette réduction progressive de l'altitude sert à préparer l'appareil et ses passagers à l'atterrissage.

Faire face aux changements atmosphériques lors de la descente

Durant cette phase, il est également nécessaire d'adapter la pressurisation cabine afin que les passagers ne ressentent pas trop brusquement le changement atmosphérique lié au retour à une altitude plus basse.

Pour finir cet exposé, il est pertinent de souligner les points clés qui ont été abordés. L'altitude de croisière, généralement aux alentours de 36 000 pieds, joue un rôle crucial dans l'efficacité et la sécurité des vols commerciaux. Elle tire parti de l'air moins dense en altitude pour économiser le carburant, tout en évitant les zones météorologiques turbulentes plus basses et en permettant une pressurisation cabine confortable pour les passagers. De plus, cette altitude facilite la navigation sur les voies aériennes prévues et minimise le risque de collision avec d'autres avions ou objets volants. Enfin, une descente progressive permet d'adapter la pressurisation pour un atterrissage en douceur.

4.7/5 - (10 votes)

En tant que jeune média indépendant, Tel Avivre a besoin de votre aide. Soutenez-nous en nous suivant et en nous ajoutant à vos favoris sur Google News. Merci !

Suivez-nous sur Google News

Publicité