Les trains israéliens sont repartis ce lundi matin après 89 jours d’immobilisation en raison d’une épidémie qui continue d’inquiéter (à juste titre) les israéliens puisque 38 000 billets seulement ont été vendus à 6 heures du matin, contre 250 000 habituellement.

Cela ne fait pas moins de quatre fois que le gouvernement reporte la réouverture du trafic ferroviaire en raison des inquiétudes légitimes des conséquences sur la propagation du virus dans le pays. Et d’ailleurs, à ce stade, Tsahal a interdit aux soldats de voyager en train, ce qui explique aussi le faible nombre de billets vendus. Des soldats ont bien tenté de se faufiler dans les gares comme celle de Hof HaCarmel à Haïfa mais ont été arrêtés par les gardes de sécurité.

Le peu de billets vendus est aussi du en partie aux règles draconiennes mises en place par les autorités sanitaires. Outre l’obligation de porter des masques tout au long du trajet même lorsqu’ils passent des appels téléphoniques, les passagers n’ont pas le droit de manger ni de boire. De plus, ils sont tenus de réserver leurs billets à l’avance sur le site Web d’Israël Railways afin d’éviter l’affluence dans les gares et à l’intérieur des trains et chaque usager doit être munis de son billet qu’il doit présenter à un agent, chargé également de contrôler sa température.

Pour ces dernières 24 heures, la hausse du nombre des nouvelles contaminations semble freiner puisque 161 nouveaux malades ont été diagnostiqués avec le virus contre une moyenne de 300 pour ces quatre derniers jours. Cependant le taux de positivité aux tests reste élevé puisque 8 219 tests ont été effectués hier, soit un taux positif de 2%.

4848, c’est le nombre de personnes toujours malades dans le pays. Sur 20 869 personnes qui ont contracté le virus depuis le début de l’épidémie, 15.714 ont guéri, 307 sont décédées, 29 sont en réanimation et 46 dans une état critique.

Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here