Nous n’avons pu résister à l’envie de partager cet excellent article paru dans le Figaro vox

FIGAROVOX/TRIBUNE – Récompensé notamment par le César du meilleur film vendredi soir, le réalisateur des Misérables cultive des rapports ambigus avec la délinquance de banlieue et même l’islamisme, rappelle Barbara Lefebvre.

Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste, est l’auteur de Génération j’ai le droit (éd. Albin Michel 2018).

La cérémonie des Césars qui s’est déroulée vendredi soir ressemblait à des obsèques. Celle d’un cinéma français moribond sous l’effet sclérosant d’un entre-soi vieillissant, celui d’une gauche de salon paternaliste prise à son propre piège: la bien-pensance différentialiste. L’industrie du cinéma français incarné par une académie des Césars «trop blanche, trop vieille, trop hétéro, trop bourgeoise» fut dévorée sous nos yeux par des cyniques qu’elle a engendrés: le cinéma des minorités, des offensés, des humiliés. La victime détrônait le bourreau qui l’avait pourtant financée, subventionnée, primée, célébrée. Le bourreau peut parfois être naïf malgré son arrogance…

Lire la suite…

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here