Comme samedi 15 décembre, des centaines de manifestants israéliens revêtus de gilets jaunes, à l’instar des manifestants français mais sans violence, ont protesté hier soir aux pieds des tours Azriéli à Tel-Aviv contre la vie trop chère et les hausses de prix sur l’électricité, l’eau, le gaz, les taxes municipales et les produits alimentaires de base, prévues par le gouvernement dès le début 2019. Pour calmer les protestations publiques, Netanyahou a déclaré que la hausse du prix de l’électricité n’atteindrait pas les 8% prévus et Osem a annoncé  qu’il reporterait la hausse de 4,5% prévue….

Credit Tel-Avivre

Les premières manifestations de gilets jaunes  israéliens ont eu lieu à Tel-Aviv et à Jérusalem le 15 décembre dernier. Le 20 décembre, Netanyahou a annoncé que l’électricité n’augmenterait pas de 8% mais d’un peu moins et le ministre des finances, Moshe Kahlon, avait entamé des négociations avec Osem pour le report des augmentations de prix prévues sur les produits alimentaires de base. Forts de ces premiers résultats (même s’ils sont trop faibles),  les habitants de Tel Aviv se sont de nouveau mobilisés  ce samedi pour afficher leur mécontentement face à la hausse du coût de la vie. Même si le nombre de manifestants  était en baisse par rapport à samedi 15 décembre, les gilets jaunes israéliens comptent bien faire encore bouger le gouvernement alors qu’Israël entre dans une année électorale. Pour justifier les hausses, Netanyahou a déclaré que les coûts de l’électricité avaient baissé de 15% depuis 2013  après l’ouverture du champ de gaz naturel de Tamar au large des côtes israéliennes. Il a ajouté que le plus grand gisement de gaz « Leviathan », qui devrait commencer à produire dans un an, permettrait de réduire encore les tarifs d’électricité. On peut comprendre alors que la population israélienne ne comprenne pas pourquoi elle devrait accuser une hausse des tarifs en 2019 qui ne devrait profiter, finalement, qu’aux propriétaires des champs de gaz, Noble Energy et Delek Group.

Le coût de la vie élevé avait déclenché des manifestations en masse en 2011  (un million de gens dans les rues de Tel Aviv). Ces contestations sociales, même si elles n’avaient  pas apporté beaucoup de changements, avaient eu un impact considérable sur les élections de 2012, les candidats ayant tous promis de réduire le coût des articles de base. Osem, le troisième producteur alimentaire israélien appartenant à Nestlé, a annoncé mercredi qu’il reporterait la hausse prévue de 4,5% sur ses prix, suite aux pressions publiques et à la demande du ministre des Finances, Moshe Kahlon. Espérons alors que ce ne soit qu’un début et que les autres monopoles  comprennent que, malgré la bonne santé affichée de l’économie israélienne (une croissance qui devrait atteindre environ 3% en 2018,  un taux de chômage inférieur à 5% et une relative augmentation du salaire moyen), plus de 20% de la population en Israël vit sous le seuil de pauvreté!!!!

Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

3 COMMENTS

  1. PT de rire, la hausse de l’électricité n’ateindrais pas 8% j’espère qu’il réalise à quel point 8 % c’est déjà énorme pour l’électricité qui est déjà très chère en Israël, c’est à se demander si le méga banquier natanyahou réalise ce que c’est que de vivre avec des charges aussi lourdes qu’en Israël, en dix ans le montant d' »un caddy en super marché a été multiplié par 3, mais il s’en fout notre banquier pour lui l’essentiel est que les banques et les ultra riche se portent bien, vivement qu’on s’en débarrasse du banquier ! ! !

  2. POURQUOI AVOIR CHOISI CETTE MANIF UN SHABBAT !
    IL Y A TOUJOURS DES INCOHERENCES DANS NOTRE PEUPLE !
    POURQUOI CHOISISSENT ILS LE SHABBAT ET LE PROFANER !
    D’UN COTE LES ORTHODOXES ET LES BNE ISRAEL LE RESPECTENT COMME IL SE
    DOIT ! DE L’AUTRE DES MECREANTS QUI SABOTENT CE RESPECT !

  3. […] Comme samedi 15 décembre, des centaines de manifestants israéliens revêtus de gilets jaunes, à l’instar des manifestants français mais sans violence, ont protesté hier soir aux pieds des tours Azriéli à Tel-Aviv contre la vie trop chère et les hausses de prix sur l’électricité, l’eau, le gaz, les taxes municipales et les produits alimentaires de base, prévues par le gouvernement dès le début 2019. Pour calmer les protestations publiques, Netanyahou a déclaré que la hausse du prix de l’électricité n’atteindrait pas les 8% prévus et Osem a annoncé  qu’il reporterait la hausse de 4,5% prévue….Lire la suite sur tel-avivre.com […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here