De hauts responsables des télécommunications de Bezeq ont été arrêtés dimanche dans une affaire de corruption que l’on nomme désormais l’affaire 4000. Le directeur général du ministère des Communications, Shlomo Filber, serait l’un deux, a confirmé son avocat au journal économique  Globes  ainsi que deux personnes qui travaillaient dans le bureau du Premier ministre, deux de ses proches collaborateurs. Pour le moment, Netanyahou n’est pas retenu comme suspect mais uniquement comme témoin, il sera donc probablement interrogé prochainement lors de l’enquête.

Photo by Amos Ben Gershom/GPO
Photo by Amos Ben Gershom/GPO

L’unité de lutte contre la corruption de la police israélienne a ouvert une enquête sur l’entreprise de télécommunications israélienne Bezeq, dans le cadre d’une nouvelle affaire de corruption présumée  impliquant le Premier ministre Benjamin Netanyahou. Deux de ses proches collaborateurs ont été placés en garde à vue, de même que trois cadres supérieurs du géant des télécommunications israélien. Alors que la police a recommandé ces derniers jours son inculpation dans deux autres dossiers, l’affaire 1000 et 2000, cette nouvelle affaire que l’on nomme désormais 4000 embarrasse tout de même le premier ministre même s’il n’est pas encore suspect mais seulement  témoin.

Le dossier de l’autorité de surveillance des marchés financiers qui a conclu à des pratiques suspectes est à present dans les mains de la police mais son contenu est pour le moment couvert par la censure.

Ce que l’on sait: l’Autorité israélienne des marchés financiers aurait enquêté sur les liens entre  Shaun Elovitch (homme d’affaires, patron à la fois de Bezeq et de Walla, un des sites d’information les plus influents en Israël) avec Netanyahou lorsque ce dernier détenait le portefeuille ministériel des Communications. Le bureau de Netanyahou aurait favorisé les intérêts de Shaul Elovitch et ce dernier lui aurait en échange accordé une couverture plus positive  sur le site Walla!.

Le directeur général de la publication de Walla!, Ilan Yeshua ainsi que l’ancien rédacteur en chef, Yinon Magal, ont également été invités à témoigner dimanche sur l’affaire a rapporté Ynet . « C’est une autre fausse affirmation. Le Premier ministre n’a pas agi pour le bénéfice d’Elovitch et de Bezeq et pour rien d’autre » peut-on lire dans un communiqué publié par le bureau de Benjamin Netanyahou.

Tel-Avivre- 

Print Friendly, PDF & Email

4 COMMENTS

  1. PEUT ETRE QUE QUAND ARRIVERA L AFFAIRE 55000 ILS ARRIVERONT A TROUVER QUELQUE
    CHOSE POUR INCULPER LE PREMIER MINISTRE

    PAUVRES CLOCHES VOUS NOUS FAITES DE LA PEINE

  2. […] De hauts responsables des télécommunications de Bezeq ont été arrêtés dimanche dans une affaire de corruption que l’on nomme désormais l’affaire 4000. Le directeur général du ministère des Communications, Shlomo Filber, serait l’un deux, a confirmé son avocat au journal économique  Globes  ainsi que deux personnes qui travaillaient dans le bureau du Premier ministre, deux de ses proches collaborateurs. Pour le moment, Netanyahou n’est pas retenu comme suspect mais uniquement comme témoin, il sera donc probablement interrogé prochainement lors de l’enquête.Lire la suite sur tel-avivre.com […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here