Pour beaucoup de jeunes israéliens, servir dans l’armée est un devoir en tant que citoyen. Pour certains, rejoindre Tsahal est plus que cela encore, un combat et un rêve de toujours. Nous sommes partis à la rencontre de ceux pour qui servir dans Tsahal est, plus qu’un devoir, un combat et un rêve de toujours. Parmi eux, le jeune Yinon Refaeli, âgé de 20 ans, incapable de parler et atteint de paralysie cérébrale. Son handicap n’a pourtant jamais diminué sa motivation.

Depuis son plus jeune âge, Yinon est fasciné par l’armée et veut se sentir citoyen à part entière de son pays. Ses parents, étroitement épaulés par SHALVA, l’Association pour les Enfants en situation de Handicap Physique et Mental, lui ont promis de l’accompagner et de tout faire pour qu’il puisse réaliser son rêve.

Yinon Refaeli fait un salut militaire en uniforme, au travail
Yinon Refaeli fait un salut militaire en uniforme, au travail

A chaque fois que l’occasion se présentait, il a toujours montré son dévouement à son rêve « Chaque Pourim, il se déguisait en officier de police ou en soldat » raconte la mère d’Yinon, Batya Refaeli. « Il voulait toujours s’approcher des soldats dans la rue pour en apprendre plus sur l’armée ».

Il y a aujourd’hui un an que le rêve d’Yinon est devenu réalité. « L’école d’Yinon propose un programme qui offre à chacun la possibilité de rejoindre Tsahal » explique Batya Refaeli. Il se présente chaque Mercredi à sa base militaire et sert en tant que soldat de Tsahal dans un bureau de l’armée.

Yinon Refaeli se prépare pour son service militaire hebdomadaire
Yinon Refaeli se prépare pour son service militaire hebdomadaire

Apres son service hebdomadaire, Yinon suit un programme au centre SHALVA à Jérusalem. « Ils l’adorent à SHALVA » avoue Batya. « Ils étaient très heureux quand ils l’ont vu dans son uniforme militaire. »

SHALVA aide les enfants et jeunes en situation de handicap à dépasser leurs limites. Des programmes établis individuellement et sur mesure sont destinés à aider leurs participants à atteindre leur plein potentiel et à s’intégrer dans la société. Yinon participe aux programmes de Shalva depuis qu’il a six ans. « Il n’y a rien de semblable à SHALVA » affirme Roni Refaeli, le père d’Yinon. « Ils l’ont aidé dans tout. Il peut marcher, il peut parler par le biais d’un ordinateur quand il est à SHALVA et il peut manger seul. »

Yinon est fier de porter l’uniforme de Tsahal et d’apporter sa contribution à l’Etat d’Israël – à sa manière.

par Ilana Amzaleg pour Tel-Avivre

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. BRAVO pour ce jeune homme courageux , pour Tsahal qui l’accueille et lui permet de se sentir utile et pour SHALVA qui lui a permis d’en arriver là .
    Mes voeux de réussite les accompagnent .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here