Les sentiments qui nous habitent face à ce que le monde subit, sont partagés. On hésite entre être un peu rassuré par la présence des forces de l’ordre, et jeter la pierre aux autorités de ne pas avoir suffisemment anticipé l’inévitable ; on cherche le meilleur moyen de sortir de la peur, de la tristesse infinie.

.

hommage.

On déteste ces hommes qui ne sont plus des hommes, et qui prétendent agir au nom de la religion, loin de représenter l’humanité. Et en même temps, on compatit pour toutes ces victimes et leurs familles. Et notre cœur nous dicte le courage, la résistance, comme en temps de guerre. Car c’est bien cela que l’on traverse, et l’on se sent plutôt déstabilisé.
Il y a ceux qui pensent qu’en allant boire, rire et chanter, ils gagneront cette guerre. Comment peut-on s’imaginer une chose pareille ?! Certes, cela pourrait les aider à faire leur deuil, mais de là à en faire une arme ?! Quelle naïveté. Notre bien vivre, ne peut pas suffire à vaincre l’ennemi ! Et pourtant les citoyens du monde ont l’air d’y croire… Par désespoir. Par un sentiment insupportable d’impuissance. Dans le principe, peut-être ont-ils raison en vérité.
Pour ma part, ce dont je suis convaincue, c’est de la puissance d’un sentiment en particulier : le courage. Je pense qu’il a fait ses preuves, et qu’il mérite qu’on le brandisse. Tel une arme.
Au temps de la Première et de la Seconde Guerre Mondiale, les survivants ont tenu bon, précisément grâce à leur courage sans faille. Certains en empoignant les armes, oui, mais ceux qui forcent l’admiration, et doivent aujourd’hui nous servir d’exemple, ce sont les autres.
Terrorisés mais courageux, ils ont résisté jusqu’au bout. Ils ont passé ces guerres. Pas par les armes. Pas par les pièges. Pas par stratégie. Résistants oui, mais autrement : en restant en vie, et en aspirant à la perpétuer. Leur optimisme un peu fou les a sauvé des griffes acérées de l’ennemi…
Aujourd’hui, on veut nous anéantir parce qu’on est en vie, tout simplement. Notre liberté et nos valeurs, ne leur servent que de prétexte pour tuer et tuer encore. C’est notre avenir qu’ils veulent détruire, alors…
À notre tour, je crois, de suivre les traces de nos grands-parents. À nous de penser comme eux. Après tout, c’est notre héritage à tous, c’est ce qu’ils nous ont légué. À nous de ne pas l’oublier.
À nous également, de ne pas forcément chercher à être des héros. Face aux armes, notre rôle à nous, citoyens du monde, n’est pas forcément de revêtir un uniforme. Pas plus que de boire avec un sentiment illusoire de victoire.
Notre humanité est notre trésor, et où que nous vivions et quelles que soient nos convictions, chérissons-la ! Battons-nous pour elle, aussi fort et aussi ardemment que ceux qui prennent les armes !
Car c’est déjà là une force surhumaine, dont nous pourrons être fiers si nous y parvenons…

par Neïla Ifrah pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

5 COMMENTS

  1. Bien beau discours mais ce n est que de la rhétorique, sans
    Combattre, avec de tels hommes qui
    N aspirent qu a tuer
    il n y a qu une chose à tenter pour s en sortir
    Se battre et essayer de
    Les neutraliser avant qu ils ne vous tue.
    Tout le reste n est que littérature.

  2. ci vous cherchez des réponses a vos questions regardez le cour du rabbin david touitou la face cache de la france ou lisez le jardin de le foi q,hachem nous protege de nos ennemis amen lisez des tehilims chaque jour tres important car hachem est à l,ecoute de nos prières emen car l,union fait la force ayez la emouna et garder confiance hachem ne nous abonnera jamais amen

  3. vous croyez vraiment qu’Hachem n’a pas abandonné les juifs exterminés dans la shoah;croyez plutot en vous et faites en sorte que pour un juif tué plus de 10 barbares soient eliminés;pas de pitié pour les monstres

Répondre à sedaine Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here