Selon un haut responsable israélien :

« Nous avons deux cas de citoyens israéliens ayant franchi la frontière entre Israël et Gaza: un jeune homme d’origine éthiopienne qui a franchi la clôture en septembre 2014, le deuxième, toujours sous conditions de censure, est un homme issu de la communauté bédouine déficient mentalement, selon un diagnostic médical qui a franchi la frontière et dont nous savons qu’il se trouve actuellement à Gaza », a indiqué la source anonyme.

« La censure a été imposée en raison de fortes probabilités de les récupérer par le biais de contacts secrets. L’idée consistait à s’assurer qu’ils ne deviennent pas un atout pour le Hamas lors des négociations et que si les contacts restaient confidentiels cela permettrait d’augmenter leurs chances de libération », ajoute le responsable israélien.

« Mengistu est né en 1988 dans une famille vivant dans des conditions difficiles, raison pour laquelle il n’a pas servi dans l’armée israélienne. Israël sait avec certitude qu’il a été arrêté et interrogé par le Hamas, mais depuis mors nous avons perdu sa trace. Il y a eu de nombreux efforts menés par le général Yoav poli Mordehaï, commandant des Activités Gouvernementales dans les Territoires (COGAT) ainsi que par d’autres canaux pour tenter d’entrer en contact avec lui, pour tenter d’obtenir du Hamas des informations sur son sort. Le Hamas a confirmé l’avoir arrêté, interrogé et puis affirmé l’avoir relâché, mais nous ne savons rien sur son sort. Il s’agit d’un mensonge planifié et orchestré par le Hamas », a résumé la source.

« Pour Israël, l’hypothèse de travail est que Mengistu est en vie et nous sommes persuadés que le Hamas le détient. Israël a été en contacts constants avec la famille. Le Premier ministre, le président et le ministère de la Défense se sont entretenus avec la famille et la famille elle-même a respecté la censure, ayant compris qu’elle est un élément favorisant ls conditions de son retour. La levée de la censure a été effectuée en coordination avec la famille. Nous poursuivons notre mission et notre engagement envers la famille est total. Toutes les agences de renseignement sont impliquées dans cette affaire. Depuis que la Hamas a démenti le détenir, nous n’avons eu aucune négociation avec eux et ignorons ce qu’ils demandent en contrepartie. Nous espérons que la publication permettra d’accélérer leur reconnaissance de sa détention et nous avons donc avancé la levée de la censure sur cette affaire », a poursuivi la source.

« Nous faisons un effort important pour ramener à la fois les restes des deux soldats Hadar Goldin et Oron Shaul ainsi que ces deux civils. Si le Hamas admet aujourd’hui les détenir, cela pourra faire progresser les choses. Nous tentons de négocier le retour des restes des soldats par le biais de plusieurs canaux, privés et gouvernementaux. Mais à ce stade, il n’y a aucune négociations, le Hamas impose des préconditions même pour entrer en contact », a conclu le haut responsable israélien.

Le Hamas a réagi à la publication de ces informations en prétendant que Mengistu avait été libéré et qu’il serait passé en Egypte par un tunnel entre la bande de Gaza et le Sinaï.

La censure israélienne a autorisé à la publication une information selon laquelle deux citoyens israéliens seraient détenus dans la bande de Gaza.

Le premier, Abraham Mengistu, âgé de 28 ans, originaire de la ville d’Ashkelon, serait dans les mains du Hamas depuis septembre 2014 et ne disposerait pas, apparemment, de toutes ses facultés mentales.

Le second serait un Bédouin du Néguev et serait détenu dans la bande de Gaza depuis le mois d’avril 2015. Selon Israël, il aurait tenté à plusieurs reprises de pénétrer à Gaza.

Le 19 mai dernier le quotidien jordanien Ad-Dustour rapportait que les Israéliens et le Hamas menaient des pourparlers pour le retour des corps de Hadar Goldin et Oron Shaul, deux soldats tués dans l’opération Bordure Protectrice, mais faisait aussi allusion à un Israélien d’origine éthiopienne détenu par le Hamas.

Abraham Mengistu est célibataire et réside à Ashkelon. Il serait détenu à Gaza depuis le 8 septembre 2014 après avoir franchi la frontière entre Israël et la bande de Gaza.

La publication, autorisée par la censure israélienne, intervient après la déclaration du directeur du Bureau politique du Hamas, Khaled Mechaal selon laquelle aurait engagé des discussions avec son organisation concernant le retour des restes des deux soldats Hadar Goldi et Oron Shaul tués lors de l’opération Bordure protectrice de l’été 2014.
Un haut responsable sécuritaire israélien a cependant indiqué à Ynet qu’il ne pouvait pas confirmer que Mengistu est détenu par le Hamas.
La mère d’Abraham Mengistu habite à Ashkelon et son père réside dans le centre d’Israël. Il a 8 frères et soeurs.

Une conférence de presse se tiendra au domicile familiale de Mengistu à Ashkelon à 12h00 (heure israélienne)

La famille Mengistu en colère

enlevé par hamas

Family album« Avera (Avraham) Mengistu »

Israël a contacté la Croix-Rouge, informant le Hamas que Mengistu a des problèmes mentaux et exigé son retour en Israël, mais les autorités ne sont pas en mesure d’affirmer pour l’instant s’il est mort ou vivant ni le lieu de sa détention. Selon les autorités israéliennes, il ne s’agissait pas de sa première tentative de franchir la frontière.

La famille de Mengistu a confié au Haaretz en « avoir assez » de l’implication minimale des autorités israéliennes. « Nous voulons que cette histoire devienne publique », a déclaré Yalo, un des frères d’Abraham Mengistu qui a souligné que les responsables israéliens, militaires et politiques, n’ont pas pris contact avec la famille Mengistu jusqu’à l’intervention de l’ex-députée Pnina Tamano-Shata du parti Yesh Atid.

« Je suis certain à un million de pourcent que s’il avait été un Blanc, nous n’en serions pas arrivés à une telle situation », a dit Yalo Mengistu.

Des photos d’une caméra de sécurité ont été soumises à la famille montrant Abraham grimper tranquillement au-dessus de la clôture de sécurité séparant Israël de la bande de Gaza et pénétrer dans le territoire contrôlé par le Hamas.

Depuis lors, la famille a rencontré le président Reuven Rivlin et le ministre de la Défense Moshe Ya’alon. Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a nommé une équipe spéciale pour traiter cette situation, à la tête de laquelle se trouve le colonel de réserve Lior Lotan.

La famille Mengistu a démenti les informations selon lesquelles Abraham souffrirait d’une déficience mentale, précisant néanmoins qu’il était dépressif depuis le suicide d’un de ses frères.
Source: i24News

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here