Par Bely

1 tête, 4 jambes : records battus par 3 femmes d’exception. Des femmes hors du temps ? Plus encore… Des femmes sur lesquelles le temps ne semble avoir aucun pouvoir. Elles sont trois à avoir battu des records exceptionnels qui font le tour du monde en moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire. Qui sont-elles ?
La tête bien pleine est celle d’Ingeborg Rapoport, 102 ans,
Deux jambes sont celles d’une gamine de 100 ans qui a pour nom Mieko Nagaoka.
Les deux autres jambes appartiennent à la cadette de cette histoire, notre Henriette Thompson, une jeunette de seulement quelques 92 ans. 
Trois phénomènes chacune dans son domaine, trois femmes dont on peut penser qu’elles ne représentent peut-être plus l’avenir de l’homme mais un bien joli modèle de longévité parfaitement maîtrisé pour ne pas dire exemplaire.


 

 

femme1Celle qui reçut la plus grande audience est sans conteste Henriette Thompson. Elle porte et transporte hardiment ses 92 ans et 65 jours comme le font remarquer, se copiant et recopiant les uns les autres, toutes les formes de média qui narrent son exploit.  Il faut admettre que l’on peut tirer son chapeau à cette dame qui a terminé sans accrocs ce dimanche 31 mai le marathon de San Diego, en 7h 24 min et 36s… Même si l’on apprend, et cela ne lui retire rien de son mérite, (au contraire), qu’elle avait déjà parcouru par 16 fois les mythiques 42,195 km !

 


 

femme2On ne parla pas beaucoup sur les « réseaux sociaux » de Mieko Nagaoka gagnante le 5 avril dernier d’une compétition pour séniors dont elle était la seule participante dans la catégorie « Nage dos crawlé sur 1500m en 1 heure et 15 mn ». N’empêche !

 

 


 

femme3Mais… La plus touchante… Ingeborg Rapoport ne fit pas parler d’elle ou si peu que ce fut vraiment trop injuste. Elle n’avait pas découvert comme les autres le moyen d’ajouter un petit plus à une vie déjà bien construite.
Non ! Sa vie ainsi « faite », (défaite ?) a passé.
Aucun des projets évanouis qui aurait fait d’elle une spécialiste pour soigner son prochain de la diphtérie, ne pourra reprendre forme.
Parce qu’elle ne voulut pas rester une éternelle victime, parce qu’elle voulait prouver qu’elle avait le talent nécessaire et suffisant pour ce faire, 77 ans plus tard, elle est devenue la femme la plus âgée du monde à obtenir, à 102 ans, le doctorat qu’elle ne put passer à Berlin en 1938 pour le motif que sa mère était juive………..

Chapeau mesdames ! Juive, pas juives, vous êtes des êtres d’exception dont on aimerait entendre parler plus souvent.
Bely.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here