Cette année, nous célébrons le 67e anniversaire de notre indépendance juste après des élections législatives et à ce jour la coalition de Benjamin Netanyahou n’a pas encore été formée.

Des difficultés existent et l’option d’un gouvernement d’union nationale a été écartée par l’opposition. Pourtant, les défis à relever sont nombreux, les menaces proches et lointaines omniprésentes. Notre combat pour aboutir à la paix avec nos voisins arabes est loin d’être achevé. Nos ennemis et détracteurs se multiplient et notre environnement demeure toujours hostile.

Comme chaque année nous célébrons le Yom Haatsmaout (le Jour de l’Indépendance) au lendemain du Yom Hazikaron (le jour du Souvenir pour les victimes des guerres et du terrorisme), et une semaine après les cérémonies du souvenir de la Shoah.

Ces grands événements de l’histoire de notre peuple seront toujours liés et soudés dans notre mémoire collective. Ils marquent à la fois nos douleurs, nos souffrances, notre délivrance et notre espérance. Nous pensons au passé, à nos chers disparus de la guerre, à ceux tombés aux combats, mais aussi à notre avenir, à nos enfants et aux générations futures.

Hélas, nous savons aussi que le chemin vers une paix juste et viable est encore bien loin. Il est toujours semé d’embûches car notre droit naturel et historique à la reconnaissance comme Etat-nation du peuple juif est quotidiennement bafoué et délégitimé.

Rappelons une fois encore que notre peuple est unique, riche de sa jeunesse, de sa diversité et de son histoire trimillénaire. Nous avons accompli un long et pénible chemin pour accéder à notre indépendance.

Nous pouvons être fiers d’avoir réussi, fiers d’avoir le privilège d’appartenir à cette génération qui a vu et observé Israël en marche.

.Le-Vieux

Mais notre force est aussi dans l’union et dans notre capacité de s’intégrer facilement dans la communauté internationale. Nous pourrions devenir le phare de l’Humanité et apporter notre modeste contribution dans l’intérêt de tous les peuples.

Notre Etat est un exemple magistral. Il a été construit de nos propres mains, par le sang, la sueur, la rage de vaincre et en versant des larmes. Nous avons fleuri le désert, asséché les marécages. Des pionniers et des survivants de la Shoah, des hommes et des femmes venus de tous les pays et de tous les continents ont forgé une société, une culture, une langue. Un exemple formidable et admirable que nul au monde ne pourrait ignorer ou contester.

Certes, Israël n’est pas parfait et de graves problèmes intérieurs existent comme ceux des pays émergents qui forgent une société moderne vivante en cohabitation avec des communautés et des religions diverses.

Toutefois, ce jeune Etat qui fête seulement ses 67 ans a l’avenir devant lui pour améliorer et réparer les injustices et les inégalités. Le nouveau gouvernement devrait donc remplir ses promesses électorales à la lettre. Pour ce faire, nous devrions aussi changer de cap en politique étrangère et sortir l’Etat juif de son isolement forcé.

tsahal

.

Depuis 1948, 23 320 Israéliens ont perdu la vie dans les guerres, dont 67 soldats lors de la dernière opération à Gaza.

Les visages souriants des jeunes soldats tombés pour la patrie seront à jamais ancrés dans notre mémoire individuelle et collective.

Soulignons avec force que notre cause est juste et notre volonté de fer inépuisable. Lors de la guerre pour notre indépendance, nous n’étions que 600 000 âmes ; aujourd’hui notre population est forte de presque huit millions et demi d’habitants.

.

.

Enfin, nous avons aussi un grand privilège, unique au monde, car les communautés juives qui souffrent aujourd’hui d’une résurgence de l’antisémitisme savent parfaitement qu’Israël demeurera à jamais un chaleureux refuge.

En dépit de divergences politiques qui surgissent parfois, les Juifs de la diaspora sont toujours solidaires de nous et nous apportent quotidiennement un soutien incontestable et un réconfort fraternel.

En ce jour anniversaire, nous souhaitons tous une longue et prospère vie à notre magnifique pays ! Yom Haatsmaout Saméah !

par Freddy Eytan

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here