Mahmoud Abbas, le Président de l’Autorité palestinienne a déclaré dimanche qu’il refusait d’accepter les fonds remis par Israël  provenant des recettes fiscales gelées parce que l’argent ne représentent qu’une partie du total dû. Et pour cause, une partie de  l’argent a été retenue pour couvrir les dettes dues  à la compagnie d’électricité israélienne.

.

abbas1.

«Soit ils nous  donnent tout, soit nous allons à l’arbitrage  à la CPI, dit Abbas. En outre Abbas a menacé encore une fois d’utiliser la nouvelle adhésion à la CPI et donc d’entamer des procédures judiciaires contre les Israéliens.

En vertu des accords existants, Israël perçoit des impôts  au nom des Palestiniens, puis transfère les sommes : une procédure qui fonctionne bien depuis des années. Mais en décembre dernier, après l’annonce des Palestiniens de rejoindre la Cour Pénale Internationale (démarche finalisée le 1er Avril)  Israël décide de  retenir autour de $ 130 000 000 soit un mois de recettes fiscales et douanières. Israël a accepté la semaine dernière de reprendre les transferts, disant qu’il paierait immédiatement autour de $ 400 000 000 moins les revenus retenus (le montant dû par les Palestiniens pour les services publics fournis par Israël).

Les deux parties devraient se rencontrer sur la question dans les jours qui viennent. L’AP doit à la Compagnie Electricité Israélienne  au moins $ 450 000 000. Elle n’a pas payé sa facture d’électricité pendant au moins six ans. Il y a quelques mois, la CEI avait coupé l’électricité à un certain  nombres  de villes palestiniennes mais avait rapidement levé  la sanction en raison des protestations internationales.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here