L’organisation Etat islamique a diffusé lundi une vidéo montrant l’otage britannique, le photojournaliste John Cantlie, apparemment à Kobané visant à démontrer que le groupe est toujours actif dans cette ville syrienne kurde disputée.

Le journaliste de 43 ans y apparaît dans une ville en ruine parlant à la caméra et prétendant que les « moudjahidines » (combattants islamistes) n’ont pas battu en retraite.
Aucun élément n’indique quand la vidéo a été tournée, mais M. Cantlie fait référence à des informations de la chaîne britannique BBC diffusées le 17 octobre et à des propos du porte-parole du Pentagone le 16.
La vidéo montre une rangée de silos à grains surmontés du drapeau turc, qui correspond à des images de la région située juste de l’autre côté de la frontière.
On y voit aussi des images aériennes, estampillées d’un bandeau affirmant qu’elles ont été prises par « un drone de l’armée de l’EI », montrant des rues en ruine de Kobané, dont le plan correspond aux cartes satellitaires de la ville d’avant le conflit.

L’otage britannique, qui s’est déjà exprimé dans d’autres vidéos du groupe EI, dément les informations selon lesquelles les jihadistes auraient été forcés d’abandonner leur offensive contre la ville kurde, affirmant que les combattants ultra-radicaux y contrôlent encore les quartiers Est et Sud.

cantlie-2_430929_large
Le groupe Etat islamique, qui retient otage le photojournaliste John Cantlie, le met régulièrement en scène dans des vidéos.

Kobané est la cible d’une offensive des jihadistes de l’EI depuis la mi-septembre. Depuis le 17 octobre, les combats se déroulent dans et autour de Kobané, défendue par des combattants kurdes soutenus par les frappes aériennes de la coalition internationale conduite par Washington.
Lundi, quatre raids aériens près de Kobané contre les jihadistes ont détruit « cinq véhicules et un bâtiment », a rapporté l’armée américaine. Des responsables américains ont affirmé que les frappes avaient « ralenti les avancées » de l’EI mais que la situation restait fluide.

John Cantlie a été enlevé en novembre 2012 avec son confrère James Foley, décapité par les jihadistes. Ces derniers mois, les jihadistes ont exécuté quatre otages, deux Américains et deux Britanniques. Après avoir disparu pendant près de deux ans, John Cantlie est réapparu le 18 septembre dernier, vêtu d’une combinaison orange, dans une vidéo de l’organisation EI dont il se dit prisonnier. Cantlie est ensuit apparu dans une série de vidéos de propagande de l’EI visiblement pour contrer la couverture du conflit par les médias des pays occidentaux.

Dans ces précédentes vidéos, il apparaissait assis à un bureau dans une tenue orange de prisonnier face à une caméra fixe. Dans la vidéo diffusée lundi, il se trouve dehors, vêtu d’une chemise noire -la couleur des jihadistes de l’EI- et porte une barbe naissante.

Le 3 octobre dernier, le père du journaliste, malade, a plaidé pour sa libération depuis son lit d’hôpital. « A ceux qui détiennent John, sachez s’il vous plaît que c’est quelqu’un de bien. Il a seulement cherché à aider le peuple syrien et je vous demande, au nom de tout ce qui est sacré, de nous aider à lui permettre de rentrer sain et sauf à la maison auprès de ceux qui l’aiment et qu’il aime », a déclaré Paul Cantlie, 81 ans, s’exprimant à l’aide d’un vibreur vocal.

par OLJ/AFP28 pour L’Oreint Le Jour –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here