Le Hamas a été fortement touché par la succession de frappes aériennes visant ses plus hauts dirigeants, en represailles, il a décidé de poursuivre la chasse macabre aux présumés “collaborateurs” qui auraient informé Israël de leurs déplacements.

Suivez Tel-Avivre  sur Facebook

Après une série d’au moins 25 exécutions contre de soit disant potentiels collaborateurs avec Israël, le Hamas a arrêté au moins 150 suspects dans une paranoïa de plus en plus dangereuse.

Dans un état de confusion totale, après l’élimination de ses quatre hauts dirigeants, Mohammed Abu Shamalah, Raed al-Attar et Mohammed Barhum  et le Ben Laden du Hamas, j’ai nommé Mohammed Deif chef  de l’aile militaire, le Hamas a déclaré dimanche que 150 hommes avaient été arrêtés pour avoir provoqué des “failles de sécurité”.

A celà s’ajoutent les craintes que l’armée israélienne ait réussi à toucher Abu Shamalah, Attar et Barhum alors qu’ils étaient dans un bunker supposé top secret à plus de 30 mètres sous terre. Le bunker était situé sous la maison de la famille Kilab, et les forces israéliennes ont ciblé la maison ainsi que le tunnel avec des bombes anti-bunker, afin d’assurer à la fois l’élimination des terroristes mais aussi d’éviter des dommages inutiles aux habitants environnants.

De plus, la liquidation de ces dirigeants a permis l’anéantissement de tout le commandement militaire dans le sud de Gaza et bien que le Hamas revendique la survie de son chef Mohammed Deif, aucun mot n’a filtré sur son état de santé.

Par Eric Zafrani pour Tel-Avivre

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here