Il est 6h30 à Tel Aviv. Mon réveil sonne. Nous sommes vendredi, pas n’importe quel vendredi celui qui décidera de mes jours et peut-être de mes semaines à venir.

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

L'Iron Dome qui détruit une roquette.
L’Iron Dome qui détruit une roquette.

D’habitude le vendredi le réveil sonne mais je l’éteins en me disant: encore 10 mn et je me lève. Pas ce matin. Ce matin j’ai envie de savourer cette heure et demie qui me sépare de la fin du cessez le feu.

Une question m’obsède à peine les yeux ouverts, est ce que la trêve sera prolongée? Non pas que j’ai une peur panique des sirènes. A Tel Aviv, nous sommes relativement épargnés comparé aux populations du sud d’Israël. Ici, c’est 5 minutes, 10 mn par jour de sensation et puis la vie reprend son cours.

Je sais que cet apparent flegme, je le dois au Dôme de Fer. Je sais que sans cette technologie,  les quelques 2500 roquettes qui ont été lancées sur Israël auraient été dévastatrices. Aujourd’hui, sans le dôme de fer nous pleurerions nos morts par milliers.

Il est 7h31, plus que 29 mn.

Étrange sensation que de vivre un compte à rebours sans pour autant changer le moindre de ses gestes habituels. Pas le choix à 8h je dois être au travail. Mais ce suspens m’obsède quand même.

Je prend mon café sur mon petit balcon, je le savoure tout particulièrement, j’observe  ce ciel si bleu, cet arbre fleuri, j’écoute le bruit de ces oiseaux, je respire avec délice cette air de liberté.

LIBERTÉ. Le mot est lâché. J’aime cette liberté. Celle que je ressens dans ce pays. Celle qui m’autorise à être ce que je suis, à vivre l’année au rythme de mes traditions. J’aime ce pays où lorsque je me rend à ma banque, c’est une femme voilée aux yeux superbement maquillés et au sourire ultra-brite qui me reçoit  (voilà une réalité de ce pays dont j’entends si peu parler dans les médias). Ici, la liberté c’est le droit d’être laïque mais pas seulement, c’est le droit d’être religieux aussi. Mélange surprenant qui donne des tableaux de vie quotidienne parfois surréaliste.

C’est propre à Tel Aviv me direz-vous…Mais Tel Aviv pourrait-elle exister ailleurs qu’en Israël?

7h 39

Je sais désormais ce que je suis venue chercher ici. La prochaine fois que l’on me demandera, mais pourquoi as tu fais ton alyah…?  Je pourrais répondre : j’avais soif de liberté

7H41

il reste à présent moins de 20 mn pour connaitre le verdict. Pourrais je encore savourer cette liberté sans combat, ou me faudra t il soutenir encore Israël pour ce combat qu’on lui reproche tant, celui de la lumière contre l’obscurité car le Hamas n’est rien d’autre qu’une caricature d’obscurantisme, de terreur et de soif de pouvoir dont le seul but est de détruire la vie des siens.

Qu’on ne se méprenne pas, je ne veux pas de cette liberté au détriment des autres et en l’occurrence de celle des civils palestiniens. Je la leur souhaite de tout cœur, bien au contraire … Je sais que c’est l’unique façon d’obtenir la mienne et celles des générations à venir.

7h 43….La réponse ne va pas tarder à se faire connaitre…

8H06: La sirène a retenti sur Ashkelon…

 par Nina Sitbon pour -Tel-Avivre –

 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here