A la rencontre de Myriam et Jérôme, Olim Hadachim et  entrepreneurs israéliens. Le parcours de l’Olé Hadach n’est pas un long fleuve tranquille, tout le monde vous le dira. Au départ, un Olé Hadach cumule les handicaps : la langue, la différence de culture, l’absence de repères… en revanche,  il a un énorme avantage sur les autres : Il voit ce que les autres ne voit plus, parce que son regard neuf redécouvre tout ce qui l’entoure et perçoit ce que les israéliens ne distinguent plus : Tel-Aviv est La ville du vélo, Il y a beaucoup de boutiques qui vendent des vélos électriques mais aucune n’en loue!  Cette initiative fait la joie des touristes qui pour un prix modique peuvent à présent découvrir Tel-Aviv en vélo électrique sans effort et au grand air!

.funoa Dynamique.

Si on ajoute à cela,  un peu d’audace, un zeste entrepreneurial et beaucoup de ténacité on obtient de belles initiatives comme celle de Myriam et Jérôme. Ils sont arrivés à Tel Aviv il y a tout juste un an avec leurs 2 enfants. Bien décidés à réussir leur intégration, ils inscrivent leurs enfants dans les écoles israéliennes et s’inscrivent à l’Oulpan. Parce qu’ils sont des parents responsables, ils conservent leur entreprise en France et Jérôme fera des allers retours en attendant de trouver l’opportunité professionnelle, ici, en Israël. La passion des israéliens pour la petite reine et  en particuliers pour les vélos électriques attirent leurs regards neufs et attise leur curiosité. Tel-Aviv est La ville du vélo, peut être même plus qu’Amsterdam : plutôt plane et il y fait beau quasiment toute l’année. Comme la plupart des capitales économiques, se déplacer en voiture relève du défi (parking, embouteillages etc..) et la ville affiche fièrement ses centaines de kilomètres de pistes cyclables… Seule ombre au tableau, il y fait beau mais chaud (parfois très chaud) et la distance d’un point  à l’autre de la ville est souvent importante, alors arriver à son rendez-vous avec sa chemise trempée fait un peu désordre. C’est pourquoi Tel-Aviv regorge littéralement de vélos électriques. Seulement voilà, acheter un vélo électrique n’est pas très économique et le vol de vélo est un sport national en Israël. Il y a beaucoup de boutiques qui vendent des vélos électriques mais aucune n’en loue! « Eureka! il faut donc en louer et  aussi en vendre » se sont dit nos deux entrepreneurs. Il est vrai que c’est un peu plus compliqué à mettre en place que la vente de vélos électriques mais cela ne les fera pas reculer. Ils décident donc de se lancer …Ils ont inauguré leur boutique il y a un mois tout juste! Évidemment cette initiative fait déjà la joie des touristes qui pour un prix modique peuvent à présent découvrir Tel-Aviv en vélo électrique sans effort et au grand air! Et pour que se soit vraiment pratique, cet été, ils proposent même la livraison du vélo à l’hôtel. Je vous souhaite de très belle balades entre amis pour découvrir tous les beaux endroits de Tel-Aviv.

Nina Sitbon pour Tel-Aviv

Print Friendly, PDF & Email