Samedi soir, ils étaient des centaines à manifester sur la place Rabin  à Tel-Aviv. Entre la crise du logement, le coût de la vie et les inégalités sociales, la jeunesse israélienne est à bout.

tel aviv

Samedi soir, on pouvait lire sur les pancartes brandies par la jeunesse israélienne: « Le peuple exige la justice sociale » ou « Rotzim Tsdek lo Tsedakah » en français, « On demande Justice, pas l’aumône ». Les manifestants exigent de nouvelles mesures gouvernementales et des solutions concrètes.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

« Beaucoup de gens se reconnaîtront dans ce que je vais dire:  On respire mais cela ne veut pas dire que l’on est en vie. On se réveille le matin sans savoir si on va s’en sortir. Nos enfants ne nous voient pas, parce que nous sommes trop occupés à travailler dur pour survivre, quand on rentre à la maison, on est mentalement et physiquement épuisé« , a déclaré Shimrit Ben-Zachry, une mère de trois enfants qui prenait part à la manifestation samedi soir.

Quant à l’organisateur de la manifestation Aby Beninman, il a affirmé que les conditions de vie en Israël étaient inacceptables : « Nous sommes témoins d’une génération qui ne pourra, ni trouver un travail décent, ni acheter une maison en raison du coût de la vie. D’après moi, c’est une perte de valeur sioniste. On ne peut pas attendre les prochaines élections , nous sommes venus ici pour rappeler à nos politiciens les promesses qu’ils avaient faites au moment des élections. »

Dr. Itzhak Saporta, un activiste social de l’Université de Tel-Aviv explique: « Si les gens se rassemblent, ils seront suffisamment fort pour que le gouvernement les prenne en considération. Voter tous les quatre ans ne suffit pas. Il faut s’organiser, en formant des  syndicats ».

Un membre de la Knesset, Mickey Rozental, du parti travailliste Avoda, a également pris part à la manifestation. Selon lui, les manifestants étaient particulièrement en colère contre le gouvernement, qui n’a tenu aucune promesse depuis les élections. Il explique: « Le Ministre des Finances, Yair Lapid, va à l’encontre des gens qui l’ont élu, il avait promis de baisser le coût de la vie, mais le coût de la vie n’a fait qu’augmenter. On continue à brandir des slogans, mais  le gouvernement ne fait rien pour rendre les prix des logements plus abordables. Le salaire moyen en Israël ne permet pas de vivre dignement, le ras le bol finira par éclater et rien ne pourra l’arrêter, il faut que le gouvernement agisse avant qu’il ne soit trop tard ».

par Elsa Benaiche pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

  1. c’est vrai qu’on est loin de Golda Meir qui recevait dans sa cuisine, devant une cafetière de café;
    on voit nettement la différence de niveau de vie entre les politiciens de la Knesset, ceux qui courent après le pouvoir ou ceux qui courent après l’argent, à vendre des appartements d’un luxe inoui à des juifs étrangers pour leurs vacances, pour renchérir la mise, et le peuple qui ne roule pas sur l’or et qui ne peut s’acheter un appartement juste pour l’habiter, si c’était possible, ou s’acheter une boite de petits pois à un prix raisonnable, et non 5 fois le prix affiché en France pour la même boite.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here