L’UNESCO, « L’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la  Science et la Culture » est une institution de l’Organisation des Nations unies, en fonction depuis 1945. Elle est à l’initiative de l’exposition «Les gens, le livre, et la Terre – 3500 ans de relation entre le peuple juif et la Terre Sainte». Mais contre toute attente, l’exposition, qui devait ouvrir ses portes lundi, au siège de l’UNESCO, à Paris  est reportée au mois de juin. 

Isareli-exhibition-unesco-400x224

En réalité, cette décision de l’Agence culturelle de l’ONU fait suite à une  plainte déposée par les État arabes. Pour être plus précis, 22 États arabes membres de l’UNESCO, ont écrit une lettre pour faire pression sur l’agence culturelle de l’ONU. Selon eux, le contenu de l’exposition pourrait nuire aux négociations de paix israélo-palestiniennes actuellement en cours. Dans un premier temps, L’UNESCO avait voulu purement et simplement annuler l’exposition puis au vu du tollé soulevé, elle a décidé de la suspendre pour enfin la reporter en demandant plus de temps pour « régler certains problèmes, et plus particulièrement des points historiques et textuels susceptibles d’être remis en cause ».

Bref, l’UNESCO cède à la pression des pays arabes, et reporte l’ouverture de l’exposition  dans 5 mois. L’exposition est donc prévue pour le mois de juin, en attendant la décision finale du Centre Simon Wiesenthal chargé de parrainer l’exposition.

Le Rabbin Marvin Hier, a l’initiative de l’expo il y a deux ans, a récemment qualifié cette décision de scandaleuse. En effet, suite à sa conservation avec la Directrice générale de l’UNESCO, il avait confié que la présence de certaines photos au sein de l’exposition était actuellement en cours de discussion.

Heureusement que les responsables canadiens, américains et israéliens ont tout mis en oeuvre  pour sauver l’exposition. « L’histoire du peuple juif ne peut pas être banni d’ un lieu culturel tel que l’UNESCO » avait déclaré le rabin Marvin Hier dans une récente interview.

Benjamin Netanyahu a, lui aussi, réagi de manière tranchée face à la décision de l’UNESCO: « Je ne vois pas en quoi cette exposition pourrait nuire aux négociation en cours. Des négociations qui  s’appuient uniquement sur des faits, et sur des vérités sont supposées être hors de danger ».

Cette exposition devait montrer 30 panneaux illustrés, pour retracer l’histoire du peuple juif en Terre Sainte, du temps d’Abraham à aujourd’hui. Pour rappel, ce n’est pas la première décision anti-israélienne de l’UNESCO.

En Octobre 2011, la Palestine devient le 195 ème membre de l’UNESCO, et ce malgré les réticences des États-Unis, du Canada et de l’Allemagne. Suite à cette décision, les États-Unis coupent les subventions allouées à l’Organisation. Peu de temps après, Israël fait de même.

Au mois de Novembre, les États-Unis et Israël perdent leur droit de vote à l’UNESCO.

par Diane Cohen pour Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here