Les consommateurs achètent plus d’aliments qu’ils n’en consomment réellement . Le Ministère de la Protection et de l’Environnement estime que les déchets en nourriture des ménages israéliens s’élèvent à 350 NIS par mois.

surconsommation

Ce chiffre de 350 NIS ( environ 75 euros ) par ménage est une estimation du Ministère de la protection de l’environnement publiée la veille de la Journée mondiale de l’alimentation. Cette estimation est restée stable au cours des deux dernières années.

La Journée mondiale de l’alimentation a été fixée par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, dans le but de sensibiliser le public à la faim et la pauvreté dans le monde. Alors que dans le passé, le danger de la famine dans le monde occidental semblait être très loin, avec la combinaison de la dégradation de l’environnement et de la culture de la consommation excessive , il est maintenant tout proche.

Naama Ashur, la directrice de la division des déchets au Ministère de la protection de l’environnement, explique que les chiffres du ministère montrent que 40 à 50% de déchets en Israël sont composés de nourriture comestible, autrement dit consommable. » La date d’expiration indiquée sur les produits est également trop prématurée,  » dit-elle.

Mais le Ministère de la Protection de l’Environnement est incapable de changer cette date de péremption sur les produits alimentaires , et il met plutôt l’accent sur ​​la sensibilisation du public à pratiquer la consommation verte et sage, ou en d’autres termes, acheter moins et seulement ce dont vous avez besoin .

« Alors que nous nous battons pour une réduction du coût de la vie , il s’avère que l’utilisation de produits alimentaires en Israël n’est pas surveillée, et dans de nombreux cas, il y a un excès de consommation », a déclaré le Ministre de la protection de l’environnement, Amir Peretz. La consommation excessive a des conséquences graves sur l’environnement. L’ augmentation de la production industrielle des aliments conduit à une émission plus élevée de l’effet de serre dans l’atmosphère, dans le cadre des processus de production.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

La dépense énergétique est non seulement du côté de la consommation, mais aussi du côté des fabricants de produits alimentaires. Selon une nouvelle étude de l’Institut Deshe et du Ministère de l’Agriculture, le taux de dégradation des terres en Israël met le secteur agricole en danger – et, par conséquent , la production de nourriture. 81%  des terres agricoles sont menacées de dégradation. La majorité absolue des produits agricoles manufacturés sont en danger et ne mûrissent pas, principalement en raison de dangers météorologiques.

 » La croissance et la production de denrées alimentaires sont basées sur les ressources naturelles de base comme l’eau , la terre , l’air et l’énergie. Parce qu’il y a une pénurie de ces ressources , la nourriture est également une ressource en situation de pénurie », explique le professeur Adi Wolfson du Collège de Shamoon,  spécialisé dans les processus écologiques.

Ajoutez à cela les changements climatiques extrêmes observés à travers le monde au cours des dernières années: la pollution des terres et des sources d’eau , d’une part , et la culture de la consommation excessive de la société moderne et la pollution impliquée dans la production d’aliments, d’autre part. Autrement dit , la capacité de production alimentaire de la planète est en baisse et les prix des aliments ne devraient que continuer à monter ».

Pour terminer, une remarque et pas des moindres, le gouvernement devrait se rappeler que des organisations extraordinaires comme Leket ou Latet oeuvre sans cesse contre la misère et la faim en Israël, Leket est une organisation nationale qui collecte le surplus de nourritures dans les restaurants, super-marches etc.. pour les redistribuer aux plus démunis. Le gouvernement avait promis des dons à  ces associations et les promesses n’ont jamais été tenues, il faudrait peut être commencer par là  pour combattre le surplus de nourriture!

Par Alexandra Mathiot pour – Tel-Avivre.com –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here