Les résultats des évaluations de Meitzav de cette année, rendus public dimanche, ont révélé une amélioration en mathématiques et dans les technologies, un net ralentissement dans les langues et un fossé important entre les étudiants les plus pauvres et les plus riches de la nation.

shutterstock_48467734-m-91849

Meitzav est un organisme indépendant affilié au ministère de l’Éducation . Les évaluations Meitzav forment un ensemble d’enquêtes, d’examens et de sondages, qui évaluent le taux de réussite des élèves du primaire et du premier cycle du secondaire à travers Israël sur des sujets spécifiques comme : les mathématiques, les sciences, l’hébreu, l’anglais et l’arabe.

Les informations fournissent des données pédagogiques importantes pour les directeurs d’école et les responsables gouvernementaux,  afin d’évaluer le prochain plan d’action pour l’ensemble du système éducatif.

Les résultats de cette année indiquent que les étudiants se sont globalement améliorés en mathématiques, dans les sciences et la technologie – des matières qui sont particulièrement importantes dans un contexte économique qui est fortement basé sur l’industrie des hautes-technologies. Mais gros bémol pour l’apprentissage des langues et plus important encore, les tests continuent à témoigner de l’écart socio-économique sévère entre les étudiants les plus riches et les plus pauvres d’Israël.

Les données concluent qu’il existe désormais un écart de 110 points entre les scores cumulés des élèves les plus riches et les plus pauvres d’Israël. Non seulement l’écart indique que les étudiants les plus pauvres ont du mal à acquérir des connaissances à l’école en général, mais les lacunes d’apprentissage ont aussi des ramifications sociales. Les statistiques indiquent maintenant que 12% des élèves dans les classes supérieures de l’école primaire ont été impliqués dans des actes de violence sur les terrains de l’école dans l’année écoulée, et 26 % ont indiqué qu’ils ont été victimes d’insultes ou de remarques blessantes.

Shlomo Ohayon, du Likoud Beitenou a déclaré aujourd’hui que «les étudiants issus de milieux modestes doivent bénéficier d’un budget supérieur du ministère de l’ Education, afin de réduire les écarts en matière d’éducation, qui ne cessent de s’aggraver au fil de la dernière décennie. Les lacunes de l’éducation sont une menace stratégique pour Israël, et le Premier ministre Benyamin Netanyahu, le ministre des Finances Yair Lapid , et le ministre de l’Éducation Rabbi Shai Piron, doivent comprendre que combler le fossé est un devoir essentiel de l’Etat. Aujourd’hui, les résultats ne sont pas dus au hasard, mais à l’aboutissement de la politique éducative de l’État ».

Roger Hadaad pour – Tel Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here