La reconnaissance de la Shoah par le président iranien, lors d’une interview avec CNN en marge de l’Assemblée générale annuelle de l’ONU (le président iranien condamnant les crimes des nazis) s’avère être en réalité une triste opération de propagande menée par la chaine CNN, le plus ahurissant étant que cette propagande s’est faite contre l’avis des Iraniens qui hurlent désormais au scandale !
Rohani CNN
L’interview, et les paroles censées avoir été prononcées par le président iranien, avaient fait grand bruit. La totalité de la presse internationale avait repris cette « information » censée démontrer qu’Obama, dans sa quête d’une solution négociée avec le régime iranien, avait trouvé un interlocuteur en la personne du « modéré » Hassan Rohani. Et ce à un tel point qu’une recherche lancée ce jour sur Google donne toujours le même ton d’information, les titres affichant même complaisément le supposé jusque-boutisme israélien et le « courage » d’Hassan Rohani déclenchant soit disant une tempête politique dans son pays.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Las… Les petites mains de la réécriture de la réalité ont négligé, une fois de plus (se rappeler le soit disant tweet émis lors de Rosh Hashana et le démenti cinglant iranien en réponse, rappelant que le président iranien ne possédait même pas de compte tweeter), l’extrémisme et l’antisémitisme virulant du régime iranien, soutien notoire du terrorisme anti-juif partout sur la planète. En effet, l’Iran, dirigé en réalité non pas par la marionnette Rohani, pas plus qu’il ne le fut par son prédécesseur Ahmadinedjad, mais bien par Ali Khamenei, intégriste extrémiste dont l’antisémitisme virulent n’est un mystère que pour ceux qui refusent de le voir, a détruit ce jour la belle histoire de CNN, démontrant s’il le fallait encore que ses obsessions dépassaient de très loin toute tentative de se donner une façade « présentable ».
L’agence FARS, agence officielle d’information de l’Iran, vient de publier la dépêche suivante :

Téhéran – Après que CNN ait falsifié les déclarations du président iranien au sujet de l’holocauste, durant une interview diffusé mardi, des officiels iraniens réclament des sanctions et des poursuites judiciaires contre le réseau d’information américain.

« Après avoir déformé les propos de notre président, CNN doit être interdit, et une action légale doit être engagée » a déclaré le président de la commission des affaires étrangères et de la sécurité du parlement iranien Alaeddin Boroujerdi, hier samedi.
« Le comportement de CNN est une trahison de la confiance qui lui a été faite, et il doit être poursuivi et dénoncé », a ajouté Boroujerdi.
Mardi 24 septembre, Christiane Amanpour de CNN a fait une interview du président Rouhani, en marge de la 68e cession de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, qui n’a pas été uniquement mal traduite, mais qui a fabriqué et falsifié les remarques du président au sujet de l’holocauste.
« Bien que le président iranien n’ait pas reconnu l’holocauste, CNN a diffusé une traduction qui contient des mots et des phrases qui n’ont pas été prononcés par le président iranien. »
Malgré les protestations de l’agence nationale iranienne FARS adressées à CNN, le réseau américain a refusé de modifier sa traduction et son reportage.
Plusieurs médias internationaux, y compris le Wall Street Journal, mentionnèrent les réclamations de l’Iran, et critiquèrent CNN.
FARS a demandé une nouvelle fois à CNN de corriger sa traduction, de rediffuser l’interview et de présenter des excuses.
CNN a refusé.

L’Iran menace désormais de procès CNN pour avoir eu l’impudence de les faire passer pour un pays civilisé…
On ne sait trop ce qui est le plus intéressant à retenir de cette histoire : les tréfonds dans lesquels sont descendus les plus grands médias occidentaux dans leur refus de regarder la réalité en face, rappelant furieusement le comportement des diplomates et journalistes qui traçaient, dans les années 30, des portraits louangeurs d’Adolf Hitler, usant des mêmes arguments pour relativiser ses outrances (le plus classique étant de prétendre que ses discours haineux n’étaient qu’un positionnement de politique intérieur, mais que l’individu était respectable et modéré : tout le monde connait le résultat…), ou le jusque-boutisme iranien, les amenant à détruire tous les efforts que font les « journalistes » et politiques tentant de les présenter comme autre chose que ce qu’ils sont : de dangeureux criminels, soutiens financiers et stratégiques des pires mouvements terroristes de la planète…

Vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la guerre.

Simon B.  pour Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here