Le portrait d’une jeune fille de 17 ans, bourgeoise, en pleine floraison, en 4 saisons et en 4 chansons de Françoise Hardy, icône des amours adolescentes et mélancoliques.

imageIsabelle choisit de se “perdre” comme d’autres choisissent d’étudier, de sortir, de draguer, de fumer. Elle explore son corps, sa séduction, elle explore les mots aussi… “torrides”…. ”désir”… Et elle fait “la pute” entre ses heures de perm, multipliant des passes dans des hôtels luxueux, avec des clients plus ou moins attentionnés.

Dès le début du film, on ne comprend pas cette magnifique créature, distante, ambivalente. Elle ne se donne pas. Elle ne se vend pas – elle fait le commerce de ses charmes, sans avoir besoin d’argent. Elle jette sa maman, volage, dans la consternation, tout en la renvoyant à sa propre faute – l’adultère.

jeuneetjolieJe n’ai pas aimé.

….je n’ai pas aimé le confort excessif dans lequel la camera d’Ozon nous installe… comme si se prostituer comportait “si peu de risques “… J’ai trouvé dérangeant de sa part…de ne pas nous inciter à être dérangés… Tout le long. Un climat très amoral… Au milieu d’une quiétude et d’une élégance inquiétante..

Non recommandé à vos adolescents et adolescentes… ( Eden a trouvé le film complètement amoral). Mieux vaut les envoyer voir une histoire d’amour…..l’envie de tout partager avec celui ou celle que l’on aime, de tout lui raconter, ses bonheurs, ses malheurs, ses interrogations. D’ être le seul ou la seule qui compte, embrasser, caresser, faire l’amour avec un garçon de son âge….Le désir d’une grande tendresse étant bien plus annonciateur de ce auquel on aspire à 17 ans, que des passes dans un hôtel de luxe parisien…avec des hommes de plus de 20 ans leur ainé.

22_68Quant au “sexe”, mieux vaut les renvoyer à l’euphorie qu’il procure, l’expression la plus élevée de l’amour…plutôt qu’à la curiosité suscitée par la découverte du prochain client. Ce film n’a pas la prétention de traiter de l’amour, du sexe, de la famille ni de la morale, donc on ne portera pas non plus de jugement sur ce qui est pervers ou ne l’est point… Cependant, on a envie de souffler au réalisateur que… Avoir un rapport sexuel, n’est pas aussi anodin que de boire un verre d’eau… N’est-ce pas ? …:)

Certains ados peuvent se croire capable d’avoir des rapports sexuels sans éprouver le moindre sentiment…. On aurait alors espéré que le message du film pour eux, réside en cela… Moins l’on éprouve de sentiments, plus le désir diminue… Et la fascination qu’exerce l’acte s’amenuise… Et au fur et à mesure que le lien s’amoindrit…

Il perd alors tout son attrait…

Le voir. Up to you …:)

Sélection officielle, Festival de Cannes 2013

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Dans tous les cinémas Lev en Israël.

Par Sandy Ohnona – Jerusalemcinephile – Tel-Avivre –

 

Regardez la Bande Annonce 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here