Le producteur Milchan devrait s’associer à Liberman, l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères pour la création d’un studio de cinéma dans le Néguev.

shoot_id3

Arnon Milchan, le producteur de films israélo-américain, et l’ancien ministre israélien des Affaires étrangères Avigdor Liberman envisagent la création d’un studio de cinéma international dans la ville d’Arad située dans le désert surplombant la Mer Morte. Ils sont tous deux attendus pour visiter le site du studio mardi.

L’idée de ce studio serait venue lors d’une conversation entre les deux hommes, quand Milchan aurait dit à Liberman qu’il venait de terminer le tournage d’un film au Maroc. Lorsque Liberman a demandé pourquoi il n’avait pas filmé en Israël, Milchan a répondu qu’il n’y avait pas d’installations de premier ordre appropriées dans le pays.

Le studio en question devrait coûter 150 millions de dollars, serait réparti sur plus de 50 km ² et devrait contenir des équipement de premier ordre, selon le rapport.

Liberman, le chef du parti de droite nationaliste Israel Beiteinu, a déclaré au journal que le projet revêtait une importance particulière pour lui : en tant qu’étudiant, il avait travaillé comme figurant sur ​​ »Massada », un film produit et filmé par Milchan en 1979 dans le désert du Néguev. « Je ne savais pas qui était Milchan, à l’époque, mais il représentait beaucoup d’argent. Je vais désormais retourner dans le désert avec Milchan pour collaborer sur ce projet », a-t-il déclaré.

L’installation devrait fournir 700 emplois dans la ville du désert de Judée.

« Cela pourrait être d’excellents relations publiques pour Israël », a déclaré Milchan. « Il est possible de construire un studio de première classe ici en Arad. Si nous le faisons, et il existe une coopération de tous les côtés, il n’y a aucune raison pour que les plus grandes productions ne viennent pas à Arad « .

Milchan, dont la fortune personnelle a été estimée à 4 milliards de dollars, a investi auparavant dans des productions cinématographiques en Israël. Selon une biographie, il aurait également financé des opérations israéliennes clandestines et aurait lui-même été un opérateur lors de missions à l’étranger pour le compte du gouvernement israélien.

 Lea Benayoun pour Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email