Frenkel retire sa candidature de gouverneur de la banque d’Israël.  L’homme appelé à devenir le prochain gouverneur de la Banque d’Israël a retiré sa candidature lundi car il ne supportait plus le colportage médiatique autour de sa fausse accusation de vol à l’étalage à l’aéroport de Hong Kong il y a sept ans.

F080526KAP03-e1372007543810-635x357

Jacob Frenkel a avertit le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Yair Lapid qu’il n’accepterait pas le poste pour lequel il a été personnellement choisi par le premier ministre il y a un mois.

Dans une interview  Frenkel a dit qu’il était profondément irrité de l’attention médiatique dirigée contre lui et de l’agitation faite autour de l’affaire d’Hong Kong.

Il a été suggéré que peut-être, des rivaux avaient tenté de faire échouer sa nomination.

« D’une manière déraisonnable et insupportable, une personne peut être mise sur la sellette, uniquement sur des hypothèses non fondées», at-il dit.

Frenkel a expliqué que, lors de l’incident du Duty free de l’aéroport de Hong Kong, il a pris un grand sac de voyage de la boutique parce qu’il pensait qu’un collègue l’avait payé à sa place: « C’était un malentendu. »

Il a été arrêté par les autorités à l’extérieur du magasin « et c’était très embarrassant, »  a t-il dit. Mais une fois que son collègue est venu et a expliqué ce qui s’était passé, « les autorités l’ont relâché et ne l’ont pas poursuivi en justice.

Il y a dix jours, Frenkel a témoigné devant le comité chargé de sa nomination et a fourni sa version des faits concernant l’incident. Les membres du comité, présidé par l’ancien juge de la Cour suprême, Jacob Turkel, ont signalé être en attente de documents supplémentaires avant de rendre leur décision finale sur sa nomination.

Plus tôt ce mois-ci Frenkel avait dit qu’il s’attendait à prendre ses fonctions en octobre comme prévu.

Frenkel a alors déclaré que l’affaire était « un incident malheureux » qui « découle d’un malentendu ».

Le mois dernier Netanyahu et Lapid ont choisi Frenkel, pour remplacer Stanley Fischer à la tête de institution économique d’Israël. Il a dirigé la Banque d’Israël depuis près d’une décennie entre 1991 et 2000 et il dirige actuellement la prestigieuse entreprise bancaire JPMorgan Chase.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

Formé à l’Université hébraïque de Jérusalem et à l’Université de Chicago, l’économiste a occupé un certain nombre de postes clés dans les meilleures sociétés internationales, y compris AIG et Merrill Lynch. Il a également travaillé dans les principales organisations financières internationales, notamment au Fonds monétaire international et a remporté le Prix d’Israël pour l’économie en 2002.

Ce sera le professeur Léo Leiderman qui prendra la tête de l’institution, l’ancien conseiller économique d’une des plus grandes banques d’Israël depuis 2003, vient d’etre  nommé Gouverneur de la banque centrale israélienne. Un communiqué officiel est venu confirmer la nouvelle.

Leiderman a remercié le Premier ministre et son ministre des Finances, le centriste Yaïr Lapid, de leur confiance et exprimé « sa hâte de revenir à la Banque d’Israël et de travailler pour soutenir l’économie » israélienne.

 

Dan Amsellem pour-Tel-Avivre-

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here