La rue David Raziel

Rue David Raziel à JaffaDavid Raziel (ou Ratziel) est une des rues qui permettent d’entrer à Jaffa. Bien que Tel Aviv et Jaffa fassent partie d’une même municipalité depuis 1949, sous le mandat d’Israel Rokach, la différence de style entre les deux parties de la ville est assez flagrante. En pénétrant dans la rue Raziel, les bâtiments sont aussitôt différents. Finis les grandes tours de Tel Aviv, le Bauhaus ou les immeubles à trois ou quatre étages datant des années 50 et 60 (sans ravalements). La rue David Raziel en témoigne, Jaffa s’inscrit parmi les vieux quartiers antiques, à la façon de Jérusalem, avec des constructions en pierre blanche assez basses.

Le début de la rue souligne aussi ô combien Jaffa a besoin d’investissements, de rénovation, de fraîcheur. Jusqu’au rond-point qui fait le croisement avec la rue Marzouk ve Azar, la rue Raziel n’est faite que de bâtiments de résidence à deux étages, peu attrac

tifs, qui nécessitent un peu de décoration. Puis la rue prend un tout autre visage : elle devient une rue fortement touristique, décorée par une ancienne porte fortifiée, mais aussi une des grandes horloges de Jaffa, et toute l’animation qui va avec. La rue David Raziel se peuple alors soudain de touristes, de magasins de mode, de tourisme, d’antiquités et bientôt de snacks et restaurants lorsqu’on se rapproche du port, des vieilles fortifications en elles-mêmes et de la rue Yefet, la grande rue qui traverse tout Jaffa.

David Raziel IrgounMais David Raziel est aussi le nom d’un célèbre officier de la Haganah, puis de l’Irgoun (Irgoun Tsvaï leumi – organisation armée nationale), et son commandant en chef depuis 1938 jusqu’à sa mort dans un bombardement en Irak en 1941.

Pour recevoir nos nouveaux articles au quotidien, cliquez ici

En 1929, après le massacre de Hébron, David Raziel rejoignit la Haganah – organis

ation de défense juive – de Jérusalem. En 1931, il suivit Avraham Tehomi et participa à la fondation de l’Irgoun (également appelée Etzel – acronyme hébraïque). Après la grande révolte arabe de 1936, David Raziel fut nommé premier commandant du district de Jérusalem, en 1937. L’année suivante il remplaça Moshe Rosenberg, jugé trop timoré face aux attaques arabes anti-juives. Arrêté en 1939 par les Britanniques, Raziel, sur la ligne de Jabotinsky, conclut un accord avec ces derniers pour un cessez-le-feu pendant la durée de la guerre contre les nazis, malgré le Livre blanc britannique qui limitait l’immigration juive, sans limiter l’immigration arabe. A sa libération fin 1939, Raziel prit même part à des actions offensives pour les Britanniques, contre les nazis, en particulier dans le domaine du sabotage. Il engagea avec lui l’Irgoun, au contraire du Lehi d’Avraham Stern, qui s’y opposa. David Raziel mourut en Irak, combattant contre le régime militaire pro-nazi qui avait pris le pouvoir en 1941. Il fut remplacé à la tête de l’Irgoun par Yaakov Meridor, jusqu’à la prise de fonction de Menahem Begin, en décembre 1943.

David Raziel fut un combattant sioniste de l’époque des grandes troubles. Implanté à Jérusalem avant de prendre une ampleur nationale, c’est la figure du combattant pour l’indépendance d’Israël qu’honore la municipalité Tel Aviv en donnant son nom à l’une des rues de la ville.

Misha Uzan – Street Connec Sion – Tel-avivre.com

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here