Cette semaine, La rue Bethold Feivel

Berthold FeivelLa rue Feivel à Tel Aviv est une petite rue perpendiculaire au grand axe de la rue Arlozorov, côté nord, à proximité de la route Namir qui constitue un des grands accès aux beaux quartiers de la ville. Elle est située entre Arlozorov et Jabotinsky et à deux pas du Kikar Hamedina (la place de l’Etat), sorte de rue de la paix ou de Place Vendôme de Tel Aviv. C’est une petite rue dans un quartier huppé, assez calme et agréable, et jouxtée d’un petit parc, le parc Feivel, pour se promener et faire jouer les enfants.

Bien que ressemblant, son nom n’a rien à voir avec la souris Fievel du dessin animé, il s’agit de celui du Docteur Berthold Feivel, pionnier sioniste, écrivain, poète, traducteur et compagnon de Theodore Herzl. Il fut directeur du Keren Hayesod et du Fonds d’implantation juive.

Berthold Feivel fut un grand dirigeant du mouvement sioniste herzélien. Juriste de formation, né en Moravie en 1875 dans l’ancien empire austro-hongrois, il fonda dès sa jeunesse des associations étudiantes sionistes à Vienne, où il connut Herzl. Après avoir servi l’armée austro-hongroise en 1896 il participa au premier Congrès sioniste en 1897 puis fonda avec Robert Stricker et Max Heykel le journal Jüdische Volksstimme, l’un des premiers à parler d’Etat juif et dont il fut rédacteur en chef.

Die WeltEn 1900 il rejoignit le grand journal allemand sioniste Die Welt, et le dirigea de 1902 à 1907. Il fut aussi un excellent traducteur du Yiddish à l’allemand, ayant traduit notamment les Poèmes du ghetto de Morris Rosenfeld.

Pour recevoir les nouveaux articles de Tel-Avivre, une fois par jour, inscrivez-vous à notre Nouvelle Newsletter.

De 1926 à 1933 il dirigea le Fonds d’implantation juive après avoir été introduit dans les milieux bancaires. En 1929 il devint membre du conseil d’administration de l’agence juive. Ce n’est finalement qu’en 1933 qu’il immigre sur la terre d’Israël mais tombe malade dès 1936. Après avoir vécut à Tibériade et Jérusalem il s’éteint à l’âge de 62 ans à Jérusalem.

La fin de sa vie fut celle d’un sioniste pratique installé en Israël. Mais Berthold Feivel fut surtout un sioniste européen, vivant à Vienne, à Zurich, à Berlin, à Londres. Il fréquenta les milieux sionistes européens dont il fut l’un des dirigeants. Mais Berthold Feivel reste relativement peu connu des Israéliens, d’une part parce qu’il ne fut que très peu présent en Israël même et représentait le sionisme diplomatique, théorique, européen, et non le mouvement hébreu au pays d’Israël, et d’autre part parce qu’il fut sans cesse dans l’ombre d’autres dirigeants ou intellectuels plus célèbres : Herzl bien sûr tout d’abord, mais ensuite Chaïm Weizmann ou encore Martin Buber dans la création de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Aujourd’hui il existe des rues Berthold Feivel à Gedera et à Tel Aviv, soulignant par là sa contribution à la création de l’Etat d’Israël, qu’il n’a pas eu la chance de voir naître.

Misha Uzan pour Tel-Avivre

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here