Ce premier film israélien réalisé par Maya Kenig a fait le tour du monde des festivals avant de se retrouver sur les écrans français depuis le 12 juin 2013.

off-white-lies

Primé dans les festivals, vanté pour son courage politique, le cinéma israélien qu’on voit d’ordinaire a surtout pour vocation de montrer, voire de démontrer, qu’Israël affronte ses problèmes, notamment la question palestinienne et la question religieuse.

Le premier intérêt du film de Maya Kenig est d’appartenir au cinéma vraiment vu en Israël et de raconter une « histoire simple » entre un père et sa fille. On pourrait même parler de « road movie ». Construit par petites touches, « Off White Lies » de Maya Kening a un goût de petit film américain indépendant.

Pour recevoir les nouveaux articles de Tel-Avivre, une fois par jour, inscrivez-vous à notre Nouvelle Newsletter.

Le Pitch :

Libby débarque à Tel Aviv pour retrouver son père qu’elle n’a pas vu depuis longtemps. C’est le début de la deuxième guerre du Liban et ils se retrouvent dans un abri anti bombardement. Afin de trouver un toit, ils se font passer pour des réfugiés du Nord et sont accueillis par une riche famille de Jérusalem.

 

Paula Chiche pour – Tel Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here