Better Place a cru pouvoir remplacer la plupart des voitures à essence par des véhicules électriques et réduire la dépendance mondiale envers le pétrole. Malgré cette idée audacieuse, tout s’est écroulé.

3325847116

Better Place, une société israélienne qui fabrique des voitures électriques, a déposé son bilan ce dimanche après des ventes plus faibles que prévu.

Israël était pourtant un terrain « test » très favorable pour la compagnie grâce notamment aux prix élevés du carburant, à un gouvernement favorable, à sa taille relativement petite et à ses fortes concentrations de population. La capacité à affaiblir le poids politique des pays pétroliers était également un atout supplémentaire.

La vision de la société de réduire considérablement la dépendance au pétrole, la réduction des émissions de carbone et sa portée écologique, avaient reçu les éloges du monde entier avec notamment le soutien très médiatisé de figures politiques comme le Président Shimon Peres ou Bill Clinton.

La société qui a été lancée en grande pompe en 2008, a depuis perdu quelque 3 milliards de shekels israéliens (soit 800 millions de dollars).

Formellement, basée en Californie, Better Place avait également créé en 2012 un réseau de sites de rechargement et de changement de batteries pour les usagers de véhicules électriques en Israël et au Danemark.

Better Place a vendu ses premiers véhicules électriques de fabrication française il y a tout juste un an, mais malheureusement les ventes n’ont pas eu l’effet escompté. Seulement quelques centaines de voitures, plutôt que les milliers envisagés. Les experts ont mis l’accent sur le prix trop élevé de ces voitures.

« Malheureusement, après un an d’exploitation commerciale, il était clair pour nous que, malgré de nombreux clients satisfaits, les commandes n’étaient pas suffisantes et que le soutien financier allait diminuer. Les revenus sont encore insuffisants pour couvrir les coûts d’exploitation, a déclaré le PDG de Better Place.

En effet, Israël Corporation Ltd, la plus grande société holding du pays, qui avait une participation de près de 30% dans la compagnie, a annoncé qu’ellel n’investirait plus dans l’entreprise.

Dans un communiqué, Better Place a annoncé qu’elle avait déposé une requête auprès du tribunal de district de Lod aujourd’hui pour demander la dissolution de la société et la nomination d’un liquidateur provisoire.

«C’est une journée difficile pour nous tous », a déclaré le PDG Dan Cohen.

 Alexandra Mathiot pour – Tel Avivre –

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here