Georges Moustaki souffrait d’emphysème, une maladie respiratoire incurable qui l’empêchait de chanter depuis plusieurs années.

georges_moustaki_reference_eom44444

Il est mort ce jeudi à l’âge de 79 ans à Nice. Auteur, compositeur, et interprète , il avait entre autres composé Ma solitude, Joseph et Ma liberté, bien-sur le métèque, ou encore La Longue Dame brune.

En 2011, il avait confié qu’il souffrait de problèmes respiratoires et que sa maladie « irréversible » le rendait « définitivement incapable de chanter ». En février dernier, sous oxygénation artificielle, il avait donné  une ultime interview à Nice Matin et avait avoué s’être installé à Nice pour fuir la pollution et le froid de sa chère île Saint-Louis, à Paris, où il s’était installé il y a plus de 40 ans. « Je regrette de ne pas chanter dans ma salle de bains. Chanter en public, non. J’ai fait le tour. Le tour du monde et le tour des salles, petites ou grandes. J’ai vécu des choses magiques. J’ai appris que ce qu’on croit avoir acquis n’est qu’une partie infime de ce qu’il reste à découvrir », avait-il dit, ajoutant qu’il « notait encore quelques idées (de chansons). Sans hâte ».

Né à Alexandrie, en Egypte, de parents juifs grecs , il grandit dans un environnement multiculturel (juif, grec, turc, italien, arabe, français).  Il s’est installé à Paris en 1951 et y a fait une rencontre déterminante, celle de Georges Brassens qui l’a intronisé dans les nuits de Saint-Germain-des-Prés. C’est en son hommage qu’il a adopté le prénom Georges.

Georges Moustaki a écrit quelque 300 chansons pour les plus grands interprètes, Piaf, Montand, Barbara, Gréco, Reggiani, avant de les chanter lui même avec succès. Il a rencontré tout le monde, de Brassens à Dalida. Il a présenté Harry Belafonte à Jorge Amado, qui « adorait les photos entre amis » – Sartre, Beauvoir, des leaders africains, des intellectuels asiatiques…

La SACEM, qui lui remit en 2004 un Grand Prix de la Chanson vient de rendre hommage au musicien dans un communiqué: «Georges était tout entier dans ce mélange d’ironie, de fausse indolence et de vraie tendresse, ce détachement apparent et cet attachement profond à la beauté, aux arts et à la féminité -en un mot, à l’aventure».

L’annonce de son décès a immédiatement suscité une vive émotion et de nombreuses réactions en France et à l’étranger.

En 2010, Orlika, une chanteuse franco-israélienne qui vit à Tel-Aviv a enregistré avec Georges Moustaki une version magnifique de « Il est trop tard » en français et en hébreu. Je vous invite vivement à la découvrir ci-dessous. Nous avions deja fait un article sur Orlika il y quelques mois.

 

 

 

Et puis écoutez Georges Moustaki interprétant « Le métèque » :

 

 

ou encore Moustaki chantant « Ma solitude » :

 

 

Un extrait ci dessous de sa célèbre chanson  » Les mères juives « :

 

 

 

« Je déclare l’état de bonheur permanent.. Et le droit à chacun à tous les privilèges. Je dis que la souffrance est chose sacrilège…Quand il y a pour tous des roses et du pain blanc. »

 

– Tel Avivre – 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here