Ankara, et Jérusalem sont en désaccord sur l’indemnisation aux familles des neuf ressortissants turcs morts lors du raid des israéliens sur le Mavi Marmara en mai 2010. La Turquie veut une indemnisation d’un million de dollars par famille et Israël est prêt à payer 100.000 dollars.

Israël a proposé une indemnisation plus élevée que celle  payée par l’armée turque aux familles de ses soldats tombés au combat (125.000 livres turques; environ $ 70.000) d’un montant de $ 100 00.

Mais cette disparité n’est qu’une partie d’un débat plus large centré sur des points de vue différents de ce qui s’est réellement passé à bord du navire turc à destination de Gaza.

Immédiatement après l’incident, violation de la loi israélienne par le capitaine d’un navire qui a ignoré les demandes répétées de changer de cap vers le port d’Ashdod ; le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a ordonné l’expulsion de l’ambassadeur d’Israël à Ankara, et a rompu ses relations diplomatiques et militaires, refusant depuis trois ans de rétablir des relations, malgré de nombreuses tentatives d’Israël pour rétablir le dialogue.

erdogan-netanyahu

Le Premier ministre turc a exigé une enquête complète, des excuses officielles par le Premier ministre israélien ainsi que la compensation financière pour les familles des hommes armés et tués après avoir attaqué les soldats de Tsahal comme on peut facilement le constater en vidéo.

En outre, M. Erdogan a tout bonnement demandé au gouvernement israélien de lever le blocus de Gaza, une mesure de sécurité mise en place pour empêcher l’importation d’armes et de munitions dans la bande de Gaza.

Le ministre des Affaires étrangères turc, Ahmet Davutoglu, a  déclaré aux journalistes à Doha en marge d’un rassemblement de la Ligue arabe, «Nous avions trois conditions pour la normalisation des relations : des excuses, l’indemnisation et la levée du blocus. »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a officiellement présenté ses excuses et a déclaré que les mesures nécessaires seraient prises, cependant la levée du blocus est une question de sécurité nationale d’Israël. Dimanche, le chef du Conseil israélien de sécurité nationale, Yaakov Amidror, a déclaré sans ambages que le blocus ne serait pas levé.

M. Erdogan a déclaré mardi que son gouvernement avait rejeté plusieurs propositions israéliennes pour la réconciliation avant que les deux pays conviennent de normaliser leurs relations.

Le ministre de la Justice israélien, Tzipi Livni, a discuté de la rémunération avec le ministre des Affaires étrangères turc, Ahmet Davutoglu. Les deux pays ont convenu de mettre en place un comité conjoint pour faire face à la question de l’indemnisation. Le comité sera présidé par Feridun Sinirlioglu, sous-secrétaire du ministère turc des Affaires étrangères et ancien ambassadeur en Israël, par Benjamin Netanyahu et son conseiller à la sécurité nationale, Yaakov Amidror, ainsi que par le procureur Joseph Ciechanover, envoyé spécial du Premier ministre.

 Paula Chiche – Tel-Avivre –

 

 

 

 

 

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here