tongs

Ma première année d’Ola Hadacha (4) : découvrir le bonheur de mettre des tongs 10 mois sur 12 !

Nous sommes le 2 janvier, le ciel est bleu, le soleil brille et les arbres arborent fièrement leurs feuilles vertes. Bienvenue à Tel Aviv, la ville jardin (pour info, 20% de la superficie de Tel Aviv est composé d’espaces vert et un nouvel arbre est y planté toutes les 2 heures !)

Après le tourbillon des premières semaines, les démarches, les questions et les doutes (que j’ai partagé dans mes trois premiers articles), l’heure est enfin venue de vous raconter l’autre découverte de ma première année : les tongs!

En réalité, je ne l’ai pas réalisé tout de suite, ce bonheur de vivre au soleil. Sans doute parce que nous sommes arrivés en juillet, et qu’il me semblait normal d’avoir chaud, que le ciel soit bleu et que le soleil brille en été.

La première fois que j’en ai eu conscience c’était en octobre, en allant à l’ Oulpan, je venais de raccrocher avec ma meilleure amie à Paris où il pleuvait et moi j’ai levé la tête et j’ai vu ce ciel sans nuage, d’un bleu intense, j’ai vu le blanc des bâtiments contrasté avec le vert bouteille des feuilles des arbres. J’ai réalisé que nous étions en automne et que je portais encore …des tongs! Un sourire s’est accrochée à mon visage et ne m’a plus quitté de la journée.

photo-17
Photo de L’avenue Ben-Gurion prise avec mon Iphone aujourd’hui

Comment décrire, le bien être que cela procure de se lever le matin et de ne pas se poser la fameuse question « Quel temps fait il aujourd’hui ? », de se lever dans une chambre illuminée par les rayons du soleil, de se promener dans la rue, de lever les yeux vers le ciel et de le  découvrir si haut puisque débarrassé de cette chape de nuage qui l’alourdissait tellement à Paris?

Comment décrire l’énergie que procure le simple fait d’être entourée de couleurs en se promenant dans les rues: les passants ne sont pas en noir, gris, marron mais rouge, rose,  bleu…et les arbres sont si verts!

Combien de fois ai-je chantonné « la mer, au reflet d’argent » en allant prendre mon café pendant la hafsaka ( la pause ) de l’oulpan sur les hauteurs de la tayelet, près de l’hilton alors que nous étions, parait il, en hiver?

Vue du Hilton de Tel Aviv en octobre (photo prise avec mon Iphone)
Vue du Hilton de Tel Aviv en octobre (photo prise avec mon Iphone)

J’ai découvert que vivre au soleil redonnait une sorte de légèreté . Plus la peine de se poser mille questions sur quoi porter, un t-shirt, un short ou une jupe et les fameuses tongs et le tour est joué!

J’ai découvert que vivre au soleil teintait la vie d’insouciance. Les week-end à la plage, les pique-niques sur le sable ou au parc hayarkon, la sieste au soleil, les sushis le soir à la terrasse d’un  restaurant alors qu’au même moment il fait 3 degrés à Paris…

Curieusement à Tel Aviv, les 2 mois les plus difficiles pour le climat sont précisément les 2 mois pendant lesquels je venais en vacances : Juillet & Août. La chaleur y est trop humide et écrasante alors qu’elle est si douce le reste de l’année!

Je vous mentirai si je vous disais ou laissais croire que faire son Aliyah s’est faire un plongeon dans le monde merveilleux de « Oui Oui », mais je vous mentirais tout autant, si je ne ne vous disais pas combien il est doux de savourer ce bonheur simple de vivre au soleil, dans une ville pleine de couleurs et d’énergie et quelle sensation de bien être cela procure de porter des tongs 10 mois sur 12!

 

Nina Sitbon, Tel-Avivre.com

Articles précédents:

Ma première année d’ola hadacha (3) : l’oulpan !

Ma première année d’ola hadacha (2) : les écoles! 

Ma première année d’Ola hadacha

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email