Cette semaine : La rue Lilienblum

La rue Lilienblum à Tel Aviv est bien connue de tous les fêtards : tous ceux qui aiment sortir le soir, dans les bars, les pubs, les boîtes, les restaurants animés … car elle est en remplie.

rue Lilienblum à sa créationToute l’année des centaines de jeunes viennent s’amuser et se détendre toute la nuit.

Parallèle à la grande avenue Rothschild, la rue Lilienblum commence au croisement de l’avenue Allenby sur son versant Est et se termine à l’entrée du magnifique quartier de Neve Tzedek à l’ouest.

Lilienblum décrit les lieux branchés du sud de Tel Aviv. Dans un bar à moitié ouvert, en plein été on peut respirer l’air chaud de la nuit (il n’y a pas d’air frais l’été à Tel Aviv ) tout en admirant les tours d’affaires qui jouxtent Lilienblum et Rothschild, à deux pas. La rue Lilienblum est à la congruence des différents esprits de Tel Aviv, la luxueuse Rothschild, l’animation du sud et la beauté de Neve Tzedek.

Lilienblum fait la fête toute la nuit.
Mais le matin, les hommes d’affaires l’investissent, en particulier les banquiers.

Au croisement avec Nahalat Binyamin se trouve aujourd’hui le bâtiment central de la banque d’Israël et un peu plus loin celui de la banque Leumi, puis celui de la banque Discount. Les activités bancaires et monétaires sur Lilienblum trouvent leurs origines déjà, au début du siècle, sur le marché noir. Au croisement avec la rue Herzl se trouve aujourd’hui un musée consacré à l’histoire de la banque. A l’époque s’y trouvaient la maison Schiff et Suchowolski, parmi les premières de la ville. Rappelons qu’Herzl fut au commencement de Tel Aviv, la rue principale de la ville

Lilienblum compte elle aussi parmi l’une des premières rues.
En 1913 y naît le cinéma Eden, le premier de la ville, qui fut ouvert jusqu’en 1975. La rue se consacre déjà au divertissement. Cette même année au numéro 9 de la rue Lilienblum ouvrit également l’hôtel Alkonin Zentral, le premier hôtel de la ville et au numéro 27 la maison du Dr Judah Leib Fohovsky, qui fut aussi la première maternité de Tel Aviv, et appelée hôpital Gilad.

Moshe Leib LilienblumLa rue tient son nom de Moïse Leib Lilienblum.
Lilienblum est un nom important dans l’histoire du sionisme. Le nom du village M-a-L-a-L en Israël (Kfar Malal) dans la région du Sharon, lui rend hommage. ( M L L sont les initiales de Moïse Leib Lilienblum).

Né en 1843 en Lituanie, il fut l’un des leaders du mouvement des Amants de Sion en Russie avec Leon Pinsker.

Elevé dans la religion, fondateur d’une Yeshiva à Vilna, il s’ouvre néanmoins aux écrits des Maskilim (de la Haskala, les lumières juives), lit Avraham Mapu et Gingzburg dans un premier temps. Puis au fil des ans il devient critique envers les études talmudiques traditionnelles et se développe chez lui une véritable aversion pour la superstition qui entoure certains milieux. Il décide de les combattre. En 1868 il écrit un article intitulé Orḥot ha-Talmud (Les lumières du Talmud) où il interpelle les croyances et les pratiques superstitieuses des juifs de l’époque, et insiste sur le lien « étroit entre la religion et la vie ». Avec le poète Yehouda Leib Gordon il pense à une réforme du judaïsme. A cette époque en Allemagne, se développe le judaïsme réformé qui prend ses sources dans la philosophie de Mendelssohn et les réformes d’Avraham Geiger.

Mais à l’est, les pogroms de 1880-1881 vont réveiller une nouvelle conscience que l’Allemagne ne connaîtra que bien plus tard. Lilienblum écrit un premier article où il appelle au retour des Juifs à Sion (Obshcheyevreiski vopros i Palestina in Razsvyet, 1881, n ° 41 et 42). Cet appel est entendu.

Lilienblum fut l’un des leaders à l’origine des Amants de Sion dont il devint le secrétaire jusqu’à sa mort à Odessa en 1910, auprès de Léon Pinsker (auteur du livre Auto-émancipation) qui en fut le président.

Lilienblum connut deux périodes marquantes dans sa vie : celle où il adhère à une volonté de réforme du judaïsme, puis son ralliement à l’idée sioniste. D’une façon ou d’une autre, ces deux mouvements se trouvent à l’origine d’un nouveau mode de vie juif dans le monde, en Israël, et particulièrement à Tel Aviv.

Misha Uzan – Tel-Avivre.com – StreetConnecSion 

Print Friendly, PDF & Email