Alors que l’Autorité palestinienne perd le contrôle de la pandémie, une campagne de vaccination est en cours en Israël que le monde entier regarde avec envie. Mais il y a aussi ceux qui vivent dans les deux mondes: 150000 travailleurs palestiniens traversent la frontière chaque matin, et sont reçus de tous côtés avec méfiance à cause de la peur qu’ils n’apportent le virus avec eux. La traversée quotidienne crée un défi épidémiologique qui complique la lutte contre le virus, mais contrairement à la porte d’entrée bloquée à l’aéroport Ben Gourion, ce point d’interface avec le monde extérieur, Israël ne peut pas se permettre de le fermer. Par conséquent, l’échelon politique a annoncé sa décision de lancer une vaste opération de vaccination des travailleurs palestiniens travaillant en Israël et dans les territoires. Dans les prochains jours des complexes de vaccination seront installés dans les points de passage et les zones industrielles de Judée-Samarie où des équipes médicales israéliennes seront installées. Cette décision intervient à un moment critique, alors que la morbidité au sein de l’Autorité palestinienne prend de l’ampleur et que les services Corona des hôpitaux de Judée Samarie se remplissent à pleine capacité. «Dans les territoires, il y a un réel sentiment d’urgence dans tout ce qui concerne le Corona. Actuellement, la situation est catastrophique, les chiffres sont assez dramatiques et l’économie s’effondre. Le taux d’occupation des hôpitaux, qui n’était que de 50 % il y a deux semaines, varie maintenant de 80% à 100% dans certains quartiers. Le variant britannique prend de l’ampleur rapidement, et le nombre de morts a atteint 2 240 personnes. À ce jour, les chiffres officiels font état de 16 000 patients connus, et selon des estimations non officielles – environ un million de Palestiniens ont été infectés depuis le début de la pandémie. Le gros problème dans les territoires est la difficulté à mobiliser le public dans cette lutte. Les habitants s’en remettent au « ciel » plutôt qu’à la science. Ils ne respectent pas les gestes barrières ni aucune mesures sanitaires de prévention. Les travailleurs palestiniens sont pris en tenaille, Ils sautent d’un monde à l’autre mais demeurent le pont le plus solide entre les deux sociétés. Dans les territoires, le regard que leurs compatriotes portent sur eux est presque hostile, ils doivent faire face au sentiment qu’ils propagent la maladie. Israël a décidé de mettre fin à cette situation du « ni ici, ni là bas » et de limiter le risque que ces ouvriers importent le virus. Israël devrait vacciner près de 130 000 Palestiniens – 84 000 ouvriers travaillant en Israël et 35 000 autres travaillant dans les territoires. Certains seront vaccinés dans les postes frontières, et d’autres dans les zones industrielles où ils travaillent. Ce projet devrait démarrer dans les prochains jours et durer plus d’un mois, et les vaccins proviendront très probablement de l’entreprise Moderna. Selon le ministère de la santé, outre l’aspect préventif, c’est aussi une question morale pour le pays, alors que le virus fait rage dans la population palestinienne. »

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here