Après plusieurs reports liés aux confinements successifs, le Premier Ministre Benjamin Netanyahu  comparaîtra ce matin (lundi) sous haute sécurité devant le tribunal de district de Jérusalem, pour répondre aux accusations de corruption portées contre lui.

Le premier ministre a lui-même demandé à ses partisans de ne pas venir au tribunal dans une vidéo publiée sur Facebook.  » Je sais que vous prévoyez de venir au tribunal demain. Je sais que votre intention est de me donner de la force pour faire face à ces affaires montées de toutes pièces contre mois, mais pour votre santé, je vous le demande, ne venez pas »

Les manifestants anti-Netanyahu, se sont rassemblés devant le tribunal, criant des slogans et portant des banderoles contre Netanyahou.. L’audience se déroulera dans le cadre des restrictions relatives au Corona et le nombre de participants dans la salle sera limité à 27. 

Les journalistes ne seront pas autorisés à assister à l’audience et celle-ci sera projetée dans la salle adjacente en cercle fermé.  Il s’agira de la deuxième comparution du Premier ministre devant le tribunal, après la lecture de l’acte d’accusation tenue en mai 2020

Le calendrier du procès pourrait forcer Netanyahu à comparaître devant le tribunal plusieurs fois par semaine, alors qu’il fait campagne pour la quatrième élection en moins de deux ans et que le pays fait face à une crise exceptionnelle.

Le Premier Ministre a été inculpé l’année dernière pour des allégations de corruption, allégations qu’il devrait nier officiellement aujourd’hui devant le tribunal. Les charges sont retenues au titre de trois affaires dites 1000, 2000 et 4000.

La plus grave, connu sous le nom de 4000, recouve les accusations de corruption, fraude et abus de confiance. Netanyahu est accusé dans cette affaire d’avoir négocié avec Shaul Elovitch, le géant des télécommunications Bezeq, une couverture médiatique favorable à son égard sur Walla en échange de faveurs politiques.

Le couple Elovitch est également inculpé.

Le cas 2000 implique des allégations concernant un accord du même ordre conclu avec le propriétaire du journal Yediot Aharonot, Arnon Moses, également inculpé.

Enfin l’affaire 1000 implique Netanyahu et sa famille pour la réception de divers cadeaux estimés à plus de 700000 shekels en échange  de faveurs financières ou personnelles qu’ils auraient accordées.


.

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here