Alors qu’Israël rentre dans sa quatrième semaine de confinement, la lassitude voire l’exaspération se ressent dans la population. Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur l’évolution de la pandémie alors que la campagne de vaccination bat son plein- explications.

Une des raisons avancées est liée aux évolutions du virus, notamment britannique qui représente aujourd’hui près de  50% des cas d’infection détectées.

En parallèle, Près d’un million de personnes âgées de 50 ans et plus ne sont toujours pas vaccinés. Dans le groupe d’âge des personnes de plus de 50 ans – La probabilité de développer une forme grave du virus varie  de 3,5% pour la population âgée de 50 ans  à 20% vers l’âge de 80 ans.

Concernant les  personnes âgées de 20 à 50 ans,  2,5 millions n’ont pas encore été vaccinées contre le virus.  Le risque de maladie grave pour cette catégorie de la population est de 0,5%.

Chez les jeunes jusqu’à 20 ans,  environ 3 millions n’ont pas encore été vaccinés, le risque de développer un état grave avoisinne les zéro pour cent.

Si le risque d’être touché gravement est faible pour cette population, elle reste un vecteur d’infecion pour  les millions de personnes à risque et qui n’ont pas encore fini de se faire vacciner.

« Pour que nous puissions maîtriser l’épidémie, nous devons entrer et accélérer le projet de vaccination dans les groupes à risque en particulier, également dans les secteurs ultra-orthodoxe et arabe ».

Efficacité du vaccin: D’après ce que nous savons aujourd’hui, les variantes sont plus contagieuses que la version originale du virus et semblent désormais avoir un effet accru sur la mortalité.

Et qu’en est-il de l’efficacité du vaccin?
Deux études publiées la semaine dernière par novavax et Jhonson & Jhonson ont montré que le vaccin est efficace à 90% contre la mutation britannique et à seulement 49% contre la mutation sud-africaine.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here