Le nombre de nouvelles contaminations journalières avoisine les 100 depuis la fin du mois de mai et ne veut pas faiblir. Ce nombre de 100 était pour Benjamin Netanyahou, au début du mois de mai, lors du de-confinement, la ligne rouge à ne pas franchir.

Pour ces dernières 24 heures, Israël a encore déploré 111 nouveaux cas de contamination au virus portant à 17863 le nombre total de contaminations et 3 décès supplémentaires qui alourdit le bilan total à 298 morts, a annoncé dimanche le ministère de la Santé qui a également précisé que plus de personnes ont été testées positives à Tel Aviv qu’à Jérusalem depuis vendredi, avec 46 nouveaux cas dans la ville côtière contre 37 dans la capitale et cela, malgré un nombre de tests de dépistage beaucoup plus élevé effectués à Jérusalem (13 000 tests) qu’ à Tel-Aviv (seulement 3 600). On craint une recrudescence de l’épidémie à Jaffa où, ces derniers jours, 10 personnes ont été diagnostiquées avec le virus.

Le nombre de personnes nécessitant une assistance respiratoire a également augmenté, 23 patients sont actuellement sous respirateurs et le nombre de récupérations quotidiennes a diminué au cours des derniers jours, avec seulement 26 personnes enregistrés dimanche ce qui a eu pour effet d’augmenter le nombre de malades à 2474.

130 écoles et jardins d’enfants ont été fermés et 17 605 éleves et professeurs sont désormais en quarantaine, soit une augmentation de 1 282 personnes depuis samedi.

En outre, selon les experts, Israël ne connaît pas de deuxième vague et le taux actuel d’infection n’est pas un motif suffisant pour tirer la sonnette d’alarme. Selon Benjamin Netanyahou, la population israélienne doit rester prudente et réaliser que le coronavirus va nous accompagner pendant de nombreux mois. « Il faut donc apprendre à vivre avec », a déclaré le premier ministre qui n’a de cesse de mettre en garde la population contre un « relâchement » du respect des règles de prévention contre le virus. Pour lui, l’augmentation du nombre d’infection de ces dix derniers jours est due, certes, à l’assouplissement des restrictions dans le but de rouvrir l’économie, mais elle découle également du « relâchement du respect des règles relatives au port du masque, aux gestes barrière et à l’hygiène ».

Selon un rapport d’ Israël Hayom publié ce lundi matin, les centres commerciaux et les magasins en Israël n’appliqueraient pas suffisamment les restrictions pour empêcher la propagation du virus. Selon l’enquête, les magasins n’obligeraient pas systématiquement les clients à porter des masques ou à appliquer du désinfectant à base d’alcool sur les mains et certains auraient même cessé la prise de température des clients à l’entrée des magasins.

Par ailleurs, ce lundi, le gouvernement devrait se prononcer sur la très «controversée loi » sur le coronavirus qui, entre autre, autorise la police à entrer dans les domiciles privés sans mandat. Suite à un tollé public, cette clause devrait être supprimée dans la nouvelle version du projet de loi qui conservera cependant bon nombre d’autres clauses également très contestées comme par exemple, le pouvoir légal d’amender ou d’emprisonner les personnes assistant à des rassemblements publics non autorisés. En outre, ce projet de loi permettrait au gouvernement de fermer pendant une semaine les quartiers ou les villes où des épidémies de coronavirus sont détectées et la Knesset serait en mesure de prolonger les confinements.

Tel-Avivre –

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here