Le Premier Ministre, accusé de fraude, d’abus de confiance et de corruption dans trois affaires, a fait face à ses juges, cet après-midi, à Jérusalem. C’est inédit pour le pays car avant lui, aucun Premier ministre n’avait été jugé dans l’exercice de ses fonctions. Ehoud Olmert avait été inculpé pour corruption mais après avoir démissionné de son poste de Premier ministre. Olmert avait été reconnu coupable d’avoir touché des pots-de-vin alors qu’il était maire de Jérusalem mais pas lors de son mandat de premier ministre. À 70 ans, Benjamin Netanyahou clame son innocence et dénonce un complot. La bataille judiciaire pourrait durer des années…

Le procès de Bibi devait s’ouvrir le 17 mars mais la pandémie de Covid-19 a repoussé l’échéance à aujourd’hui. Pour retarder au maximum la photo où on le voit assis sur le banc des prévenus, Bibi avait demandé à être dispensé de la première journée d’audience mais le tribunal en a décidé autrement en l’obligeant à être présent à l’audience: « Une personne ne peut être jugée pour des allégations criminelles qu’en sa présence » ont insisté les magistrats.

Netanyahou est entré dans la salle d’audience du tribunal du district de Jérusalem avec un masque chirurgical bleu, conformément aux restrictions de santé publique. Il s’est levé et a parlé à ses avocats, refusant de s’asseoir jusqu’à ce que les caméras de télévision quittent la pièce.

« Ce qui est jugé aujourd’hui, c’est la tentative de renverser la volonté du peuple et de me renverser, moi et la droite« , a déclaré Benjamin Netanyahou.

Les avocats de Benjamin Netanyahou ont demandé des fonds supplémentaires pour compléter l’équipe juridique de leur défense et un report pour étudier le dossier qui devrait durer plus de trois mois.

Aucune date pour la prochaine audience du procès n’a été fixée à la fin de l’audience de ce dimanche. La juge Friedman-Feldman a déclaré aux parties qu’elle les en informerait. Lors des prochaines aitions, les juges pourront demander au Premier ministre d’y assister mais Bibi ne sera pas obligé d’être présent en permanence tout le long de ce procès qui pourrait durer entre un et trois ans sans compter les procédures d’appel. Au total, 333 témoins ont été enregistrés pour le procès.

Pour rappel, en Israël, un premier ministre inculpé n’est pas obligé de quitter ses fonctions. Il ne sera obligé de démissionner que s’il est condamné et cela après avoir épuisée tous les recours ( tous les appels et un dernier recours devant la Cour suprême s’il le fallait).

Le système juridique israélien est différent du système français. il n’y a pas de juge d’instruction en Israël. Il y a un procureur (Avichaï Mandelblit) qui a inculpé Netanyahou après une enquête policière. Face au procureur de l’État, se trouvent les avocats de la défense et au final trois juges dont la juge Rivka Friedman-Feldman et les juges Moshe-Bar-Am et Oded Shacham, décideront du sort du premier ministre.

Avichaï Mandelblit a été un proche de Benjamin Netanyahou. De 2013 à 2015, il a servi dans le gouvernement Netanyahou comme secrétaire général chargé d’organiser et de coordonner au quotidien le travail du Premier ministre avant d’être nommé procureur général d’Israël par celui qu’il met aujourd’hui en examen. C’est dire a quel point, sa tache n’est pas facile. C’est un « jour triste » pour Israël, avait-il affirmé en novembre 2019 en présentant les chefs d’inculpation contre Benjamin Netanyahou. « Je prends cette décision le cœur lourd mais sans hésitation », avait-il déclaré devant les caméras de télévision avant de lire les principaux points de l’inculpation pour corruption, malversation et abus de confiance dans différentes affaires.

Print Friendly, PDF & Email

2 COMMENTS

  1. Bib est très bien renseigné sur les milliers de milliards stockés par l’Iran et le hizbollah en Suisse, à lui tout seul et les documents auxquelles il a accès peuvent faire exploser l’économie mondiale, un exemple :

    90% des revenus de l’Iran sont liés aux trafiques en tous genres, mais principalement des drogues dont le hizbollah est passé maître au niveau international et pourquoi si ce n’est que la Suisse est le seul pays en occident à avoir officiellement reconnu ce mouvement terroriste comme une entité étatique, oui, la Suisse a officiellement reconnu le hizbollah comme un état et délivre des centaines de passeports diplomatiques suisses aux membre du hizbollah, il s’agit d’une décision décrétée par la socialiste Micheline Calmy-Rey en 2007. Il y a plusieurs centaines de documents diplomatiques, types passeports octroyés aux terroristes-trafiquant dans les mains des membres du hizbollah et d’une délégation officielle sise à Zurich et permettant au hizbollah d’ouvrir des comptes comme bon leur semble, le Liban et l’Iran ne faisant pas partie des pays liés aux échanges automatiques pour les données bancaires et le seraient-ils que ça ne changerait rien puisque ni le Liban, ni l’Iran s’opposeraient à ce que des milliers de milliards issus de trafiques soient localisés dans des banques suisses.

    Il faut également dire que ces passeports diplomatiques octroient une impunité totale à ces criminels multi-milliardaires, d’ailleurs l’ex-général iranien qassem soleimani possédait l’un de ces passeport diplomatique suisse ainsi que d’innombrables comptes en Suisse abritant les pactoles de l’organisation, ce qui dérange l’Iran car deux de ses fils, héritiers et représentés devant la cour civile zurichoise, ne sont pas dévoués à la cause de feu leur père.La mort de qassem soleimani contrarie profondément les filières iraniennes en matière d’argent sales obtenus par les réseaux du hizbollah et de la mollarchie iranienne, qassem soleimani contrôlait un gros pourcentage de ces filières de financement de l’Iran et les procédures liées à la succession des comptes contenant des milliers de milliards sont bloqués et nous connaissons comment ça se passe avec le système juridioc-bancaire Helvétique, les 25 milliards de dollars laissés par arafat sont encore au milieux d’énormes disputes entre la femme d’arafat et tous les prétendus héritiers de l’olp, ça fait 12 ans que cette ou ces procédures bloquent les fonds de l’ancien calife « palestinien » !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here