Avant le débat du gouvernement d’aujourdhui qui portera sur les nouvelles mesures d’assouplissement et l’ouverture des entreprises restées closes, la pression de nombreux petits commerces s’intensifie. Ils demandent eux aussi le droit d’ouvrir et de reprendre le travail.

Le président du comité des commerçants du marché de Mahane Yehuda prévient: « Certains commerçants du marché sont déjà au bord du gouffre ». Nous avons la capacité de mesurer la température des clients et de faire respecter le port du masque et les règles de distanciation sociales, donc rien n’empêche l’ouverture des marchés. »

“Nous n’aurions pas dû fermer à l’instar des commerces d’alimentation des villes donc s’il y a plus d’assouplissement, nous devons être les premiers sur la liste à ouvrir. Nous sommes dans un espace ouvert donc plus sûr pour les acheteurs. Les magasins d’alimentation fonctionnent partout ailleurs, alors pourquoi devrions nous rester fermés et seulement autorisés à travailler sur les livraisons!. « Poursuit-il.

De nombreux autres commerces comme les salons de coiffure, esthétique ou encore les salles de sports revendiquent aussi le droit d’ouvrir en respectant les mesures de sécurité édictées pour protéger contre un nouveau regain de l’épidémie.

La frustration est d’autant plus vive que des magasins comme IKEA ont été autorisés à réouvrir.

Le directeur général du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman, a annoncé hier soir dans une interview qu’une décision sera prise aujourd’hui en faveur d’allégements supplémentaires: « Nous travaillons sur la question de l’élargissement des autorisations d’ouvertures à un éventail plus large d’activités avec le Cabinet du Premier ministre et le ministère des Finances – nous réfléchissons vraiment à ce qui peut être ouvert. Conscient du manque de logique de certaines décisions. « 

Tel-Avivre.

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here