La scène politique israélienne offre à ses citoyens depuis plus d’un an un spectacle digne des scénarios des grandes séries américaines. Tous les ingrédients y sont: Personnages charismatiques, corruption, manipulation, alliances et mésalliances, suspens, rebondissements…Le dernier épisode de la saison 3 : »24h chrono pour trouver un accord » s’est terminé hier à minuit par un nouveau suspens…

Les deux leaders politiques, Benjamin Netanyahou et Beny Gantz se sont réunis hier soir, pour la énième fois afin de parvenir à un accord sur la formation d’un gouvernement avant minuit, heure à partir de laquelle, Beny Gantz perdait sa mandature pour former un gouvernement au profit de la Knesset, c’est à dire dans l’absolu au profit de n’importe quel député, selon la décision du président Rivlin. Les porte-paroles des deux hommes ont annoncé dans la nuit que « des progrès significatifs ont été réalisés vers un accord, la rencontre se poursuivra ce matin… » Bref, un nouvel « à suivre », laissant la majeure partie des israéliens, citoyens et spectateurs malgré eux, une nouvel fois, désabusés, alors qu’ils vivent, à l’instar du monde entier, la crise sanitaire et économique la plus grave et la plus anxiogène depuis plus d’un siècle….

Retour sur cette saison 3 pour tenter d’esquisser les scénarios possibles de la saison 4

Le 2 mars 2020 ont lieu pour la troisième fois en un an les élections israéliennes sur fond de début de crise sanitaire du corona virus. 71% des électeurs israéliens se mobilisent et votent. Le likoud dirigé par Benjamin Netanyahou devient le premier parti du pays devant Kahol Lavan dirigé par Beny Gantz. Néanmoins, en Israël pour être le premier ministre d’un gouvernement, il faut pouvoir réunir les recommandations d’une majorité de députés sur les 120 que comptent la Knesset.

Benjamin Netanyahou ne parvient qu’à en réunir 58 quand son adversaire Beny Gantz en obtient 60, se sera donc à lui que le président de l’état, Réuven Rivlin, confiera le 10 mars, le mandat de la formation d’un gouvernement avec une date butoir légale, le 13 avril minuit.

10 mars-13 avril 2020 : le cauchemar, près de 2 millions de personnes dans le monde sont contaminées par le virus du corona, plus de 118 374 personnes en sont déjà mortes et le bilan s’alourdit encore et encore chaque jour. La majeure partie du monde est confinée. Tous les pays sont touchés, Israël comme les autres avec 11 586 personnes atteintes et 116 morts au 13 avril. L’économie est à l’arrêt, le taux de chômage passe en un mois d’environ 4% à plus de 26% et devrait encore explosé si le confinement se prolonge après Pessah car de nombreux salariés du secteur public ont liquidé leurs jours de vacances afin pour éviter le chômage partiel et percevoir un salaire entier avant les fêtes. La crise sanitaire est gérée par la gouvernement de transition. Israël compte moins de décès que la plupart des pays touchés, les premières mesures d’urgence de soutien à l’économie sont prises et permettent à des milliers d’Israéliens de passer les fêtes tant bien que mal.

10 mars-13 avril 2020: l’urgence nationale est une évidence et avec elle la nécessité de la mise en place d’un gouvernement d’union. Le procès de Benjamin Netanyahou inculpé de corruption, fraude et abus de confiance, fixé au 17 mars, est reporté. Le 24 mars, contre toute attente, Beny Gantz se rapproche de Bibi. Il se présente et est élu le 26 mars à la présidence de la Knesset. Le parti de Kahol Lavan se désagrège. Début avril, la signature proche d’un accord entre le « nouveau »parti Kahol Lavan et le Likoud pour la formation d’un gouvernement d’union est annoncée. Cet accord prévoit, entre autre, une rotation au poste de Premier Ministre, avec une première période de 18 mois de gouvernance par Netanyahou puis par Gantz, une répartition équilibrée des portefeuilles de ministres entre les deux grands blocs de droite et de gauche. Les partisans de Bibi sont satisfaits et estiment que leur leader est le vainqueur de tout ça, les partisans de Gantz sont tout aussi satisfaits, leur leader est un dirigeant qui sait faire la preuve que pour lui c’est Israël avant tout, bref 61% des israéliens sont satisfaits selon un sondage…

Quelques jours avant Pessah, nouveau coup de théâtre de dernière minute, le likoud veut ajouter une clause à l’accord. La clause de la discorde, Le point de désaccord entre les deux partis. Cette clause permettrait à Benjamin Netanyahou de contourner une éventuelle décision de la cour suprême qui lui interdirait de gouverner sous inculpation. Pour Kahol Lavan, cette clause est tout simplement une atteinte à la démocratie, à la séparation des pouvoirs. L’accepter serait renoncer à ses valeurs, pour le likoud l’accepter serait respecter la volonté de la majeure partie du peuple…impasse…

Le président Rivlin décide de ne plus entrer dans ce jeu politique et refuse à Beny Gantz sa demande de prorogation de mandat pour former un gouvernement mais décide également de ne pas le confier à Benjamin Netanyahou. Officiellement depuis ce matin, c’est à la Knesset de désigner celui qui formera le gouvernement. Il faudra pour cela que 61 députés se mettent d’accord dans un délai de 21 jours. Passé ce délai, sans solution, de élections auront lieu en juillet 2020 pour la quatrième fois en 18 mois.

Dix heures ce matin, nouveau rebondissement, le Président Rivlin annonce qu’il accorde finalement un délai supplémentaire à Beny Gantz… Gouvernement ou nouvelles élections? Saison 4, lancement en juillet 2020? A suivre…

Tel-Avivre

Print Friendly, PDF & Email

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here