Près d’un milliard de personnes sont en confinement dans le monde, dans environ 35 pays .De chine en Italie en passant par les États Unis, les images de villes totalement endormies envoyées par des satellites ou prises par des anonyme circulent sur les réseaux.
La Chine fut le premier pays avoir opté pour le confinement de sa population puis ce fut le tour de Italie, la mesure s’étend aujourd’hui à l’Europe et aux États-Unis. La Californie, l’État de New York, le New Jersey, l’Illinois, la Pennsylvanie et le Nevada ont décrété l’arrêt de toutes les activités non essentielles, même si le confinement total du territoire national a été écarté pour le moment par le président Donald Trump.
Les trois plus grandes villes du pays, New York, Los Angeles et Chicago sont donc à l’arrêt et environ 100 millions de personnes restent chez elles.

Dans 22 pays, dont Israël, la France ou l’Italie, 600 millions de personnes font l’objet d’un ordre de confinement obligatoire, La liste des pays devrait encore s’allonger alors que chaque jour de nouveaux cas apparaissent.

Aux personnes atteintes par la maladie s’ajoutent désormais un autre type de victimes de la pandémie: les chômeurs, travailleurs licenciés ou indépendants privés. Jusqu’à 25 millions d’emplois sont menacés en l’absence de réponse coordonnée à l’échelle internationale, a averti l’Organisation internationale du travail (OIT).

En Israël, le taux de chômage a quadruplé passant de 4% avant la crise à 16,5% soit près de 512000 personnes inscrites. le directeur du ministère des finances a déclaré que ces chiffres étaient pire qu’un cauchemar!

Selon Rami Garor, directeur du service de l’emploi  » si cette situation persiste, le nombre de chômeurs atteindra sans doute un million soit un quart des employés du pays. Il est probable que parmi eux, 20% leur emploi de façon définitive d’ici la fin de la crise. » Des aides ont été accordés aux entrepreneurs et petites entreprises et des allègements ont été consentis pour bénéficier de l’allocation chômage. Mais ces mesures ne suffiront de toute évidence pas à sortir le pays de la crise.

Fait exceptionnel, face à cette situation d’urgence, l’Allemagne s’apprête à voter une loi ce lundi qui lui permettra de déroger à sa règle d’orthodoxie budgétaire inscrite dans sa constitution et d’emprunter 156 milliards d’euros cette année.

Autre décision inédite, la Commission européenne a validé samedi le plan français de soutien à ses entreprises. Dans le même ordre d’idées, l’Union Européenne a annoncé en fin de semaine la suspension des règles de discipline budgétaire. Cette mesure permettra aux Etats membres de dépenser autant que nécessaire pour contrer le ralentissement économique.

Aux Etats-Unis, les sénateurs américains et la Maison Blanche négociaient samedi un gigantesque plan d’aide qui pourrait dépasser les 1.000 milliards de dollars.

Tel Avivre

Print Friendly, PDF & Email

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here