Au lendemain du troisième scrutin pour élire la 23ème Knesset, le bloc de droite réunit 59 sièges des 120 sièges à la Knesset, ce qui ne lui permet pas de former un gouvernement majoritaire. Les tractations pour la formation d’une coalition sont donc à nouveau à l’ordre du jour.

Benjamin Netanyahou a prononcé hier un discours de victoire à Tel Aviv après la publication des résultats. « Cette victoire est encore plus marquante que notre victoire en 1996, parce qu’elle se produit contre toute attente. » a-t-il déclaré.

Il a également annoncé qu’il se tiendrait au programme qu’il a annoncé lors de sa campagne, souveraineté en Judée-Samarie, renforcement des relations avec les principaux pays arabes, alliance de défense avec les Etats-Unis et importantes réformes économiques notamment concernant la question des monopoles.

Dans ce même discours, le Premier Ministre a déclaré qu’il était temps de mettre fin aux campagnes électorales, temps de s’unir et de se réconcilier.  » J’ai l’intention d’être le Premier Ministre de tous les citoyens israéliens, sans exception, je souhaite former un gouvernement stable, un gouvernement national  » .

Aujourd’hui, il s’est réunit avec tous les dirigeants des partis du blocs de droite pour étudier les options à leur disposition pour former une coalition.

De son coté, Beny Gantz doit se réunir dans la soirée avec les principaux membres de son parti alors que des rumeurs courent sur des défections au sein de Kahol Lavan afin d’apporter au bloc de Netanyahu les mandats manquants pour atteindre les 61 sièges.

Quant à Avigor Liberman, le leader d’Israël Beitenou, il a annoncé attendre la diffusion des résultats définitifs avant de prendre toutes décisions. Résultats qui ne devraient être obtenus que ce jeudi.

Selon le calendrier légal, les résultats définitifs seront transmis au Présidents Rivlin le 10 Mars. Il disposera alors de sept jours pour mener des consultations et décider du candidat élu à qui confier la formation du nouveau gouvernement soit jusqu’au 17 mars.

17 mars, date à laquelle devra également débuter le procès avec la première audience de Benjamin Netanyahou. Situation exceptionnelle, il sera alors le premier Premier Ministre en exercice sous le coup d’un procès pénal…

Print Friendly, PDF & Email

3 COMMENTS

  1. Ce fameux « procès pénal » intenté contre le Premier Ministre, semble bien être une sorte de coup d »état tenté par une cabale des milieux médiatiques, judiciaires et universitaires « bien pensants « , « vertueux », « politiquement corrects », « progressistes », gauchisants… etc… pour prendre le pas sur une large volonté populaire démocratique majoritairement conservatrice.
    Mais le peuple d’Israël « ne s’en laisse pas conter » et fait preuve d’un solide bon sens: il vaut mieux avoir à la tête du gouvernement un véritable homme d’état qui a fait ses preuve, et à résisté avec fermeté aux sombres menées d’Obama, Kerry, Macron, Mogherini et cie, plutôt qu’un fantoche prétendument « progressiste » et « vertueux » qui ne ferait que s’incliner à la première occasion devant l’Union Européenne et les Nations Unies antisionistes.

  2. Comme Trump ;Bibi est la victime de la gauche qui ne digère pas sa défaite ; les gauches on les connait ; USA ils ont assassinés JFK ; en France ils ont assassinés Coluche ; Balavoine ; Ibernalier ; en Belgique ils ont assassiner André Cools .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here