C’est sans précédent: la Knesset a approuvé jeudi la motion visant à organiser un troisième vote national le 2 mars 2020 après que le Premier ministre Benjamin Netanyahou et son principal rival Benny Gantz aient failli à former un nouveau gouvernement de coalition. Et depuis lors, les députés israéliens disposaient  de trois semaines (jusqu’à  mercredi 11 décembre 23 h 59) pour former  une coalition de 61 élus sur les 120 du Parlement. En l’absence d’accord, l’hémicycle a été dissous dans la soirée…


Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou  lors du vote sur le projet de loi visant à dissoudre le parlement, à la Knesset, à Jérusalem le 12 décembre 2019. Photo par Olivier Fitoussi / Flash90

«Dans des circonstances extraordinaires, et après deux campagnes rapprochées au cours desquelles aucun gouvernement n’a été formé, il est proposé de dissoudre la Knesset et de tenir de nouvelles élections pour la 23e Knesset, le 2 mars 2020». Ce texte a été adopté à l’unanimité dans la nuit de mercredi à jeudi.

Mais l’impasse politique déclenchée lors du premier scrutin d’avril 2019 se prolongera  sans aucune certitude de trouver une issue en mars 2020 car le vote  risque fort de ressembler aux deux premiers si rien ne change d’ici là.

« Honte » en hébreu, a titré le quotidien Yediot Aharonoth tandis que le journal gratuit Israël Hayom a écrit: « Un Cirque ».

« Je prie pour que la crise politique actuelle et les divisions qu’elle révèle entre nous, nous poussent à trouver ce qui nous rassemble« , a déclaré aujourd’hui le président Reuven Rivlin, disant souhaiter que les prochaines élections soient les « dernières » pour les quatre ans à venir.

Concernant les élections de mars 2020, Benny Gantz, a déclaré jeudi après la dissolution de la 22e Knesset qu’il pourrait y avoir des changements dans la liste du parti Bleu Blanc. On sait dors et déjà que Yair Lapid a renoncé à la rotation du siège de premier ministre en cas de victoire et laisse donc à Benny Gantz toute la place dans ce remake.

Coté Likoud, on prend les mêmes et on recommence comme dit la formule populaire. Après deux échecs, Benjamin Netanyahou essayera une nouvelle fois de constituer un gouvernement mais il devra tout d’abord réaffirmer son autorité  au sein du Likoud qui a pour tradition de rester fidèle au chef. Mais  si Netanyahou n’est plus capable de rassembler une majorité à droite comme l’ont prouvé les deux premiers scrutins, combien de temps le Likoud restera derrière Netanyahou?

Tel-Avivre –

 

Print Friendly, PDF & Email

3 COMMENTS

  1. C’est dommage que l’histoire n’ait rien appris aux Hébreux, Israélites et Juifs !

    Cette division et les luttes de pouvoir sonne-t-elle le sofar du début de la déstructuration de l’Etat nation Juif/Israël.

  2. […] C’est sans précédent: la Knesset a approuvé jeudi la motion visant à organiser un troisième vote national le 2 mars 2020 après que le Premier ministre Benjamin Netanyahou et son principal rival Benny Gantz aient failli à former un nouveau gouvernement de coalition. Et depuis lors, les députés israéliens disposaient  de trois semaines (jusqu’à  mercredi 11 décembre 23 h 59) pour former  une coalition de 61 élus sur les 120 du Parlement. En l’absence d’accord, l’hémicycle a été dissous dans la soirée…Lire la suite sur tel-avivre.com […]

  3. Après 2 échecs, Lieberman plus Gantz et compagnie recommencent à bloquer le système électoral israélien appuyés en cela par quelques policiers et juges non élus. Vous constaterez que le premier souhaite un gouvernement d’ union nationale qui ne nécessite pas son soutien et le second soutenu par 44 députés refuse que Netanyahu avec son groupe de 55 députés puisse être Premier ministre pendant les 6 premiers mois dans le cadre d’une rotation.
    Si 46% des Israéliens pensent vraiment que Netanyahu est responsable de ces 3ème élection, je leur conseille de manger de temps en temps de manger du poisson, c’est bon pour la mémoire. Trop de vegan nuit visiblement.

Répondre à Amos Zot Cancel reply

Please enter your comment!
Please enter your name here