Lors d’un discours devant un important groupe d’électeurs juifs américains, dans le sud de la Floride, le président américain Donald Trump s’est prévalu samedi soir d’être  le meilleur ami qu’Israël ait jamais eu.

Certains juifs américains «n’aiment pas assez Israël», a déclaré samedi soir le président américain Donald Trump à une foule d’environ 4000 personnes lors de l’ événement annuel du Conseil israélo-américain (IAC), dont font notamment partie le milliardaire Sheldon Adelson et sa femme Miriam, deux soutiens de premier plan du président americain.

Avant que le président américain ne monte sur le podium, la foule a accueilli Donald Trump avec enthousiasme, scandant «quatre ans de plus!» .

« Tant d’entre vous ont voté pour des gens sous l’administration précédente… un jour vous devrez m’expliquer ça parce que je ne crois pas qu’ils aimaient beaucoup Israël« , a-t-il lancé avant d’ajouter « l’Etat hébreu n’a jamais eu de meilleur ami à la Maison Blanche que votre président, Donald J. Trump« .

Après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem,  la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan et, il y a quelques jours, la déclaration de l’administration Trump  selon laquelle les implantations israéliennes en Judée-Samarie ne violent pas le droit international,  Trump a balayé  des décennies de politique américaine  et a opéré un changement  révolutionnaire  sur la position diplomatique des Etats-Unis au Proche-Orient.

Les électeurs juifs ne représentent pas une grande part de l’électorat américain mais les décisions de Trump en faveur d’Israël sont également soutenues par les chrétiens évangéliques, qui, en revanche, représentent un soutien vital pour Donald Trump.

Il est toutefois indéniable que Donald Trump montre depuis son élection une inclination  pour le peuple Juif. Son gendre, Jared Kushner, lui-même de confession juive  est même en charge du fameux plan de paix.

« Beaucoup de gens disent que ça ne peut pas se faire », a repris Donald Trump samedi. « Ils disent que c’est l’accord le plus dur à conclure, mais si Jared Kushner n’y arrive pas, on ne peut pas y arriver ».

.

.

 

Tel-Avivre –

 

Print Friendly, PDF & Email

4 COMMENTS

  1. « Son gendre, Jared Kushner, lui-même de confession juive »… Nous ne sommes pas « de confession »… être Juif n’est pas une confession, c’est un peuple ! On est Juif ou on ne l’est pas. On n’est pas « de confession juive ».

  2. Il n’y a pas que des juifs américains qui n’aiment pas Israël ou pire qui sont contre Israël , malheureusement ! En Europe aussi ceux qui sont souvent parmi les plus virulents contre Israël , sont des descendants de juifs ,qui n’ont de juif que le patronyme du père ou du grand-père .
    Mais justement à cause ou grâce à leur patronyme juif , les non-juifs les considéreront TOUJOURS comme des juifs .Pour moi ils ne le sont pas .
    Comment peut-on être juif et être contre Israël ? C’est un non-sens absolu .

  3. La critique d’Israël est souvent de l’antisémitisme même s’il est le fait de Juifs même d’Israéliens juifs.
    La critique d’Israël n’est pas antisémite si les critères pour juger Israël sont ceux utilisés pour critiquer les autres pays ; ce qui est très rarement le cas.

    La seule circonstance atténuante des antisémites qu’ils soient Juifs ou non : il faut beaucoup d’efforts et d’intelligence pour résister au rouleau compresseur de la désinformation colportée par les médias et les politiciens.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here