Historique: le parlement français a voté une loi affirmant que l’antisionisme est une forme moderne d’antisémitisme

L’Assemblée nationale française a adopté hier mardi la proposition de résolution de Sylvain Maillard, le député LaREM. Le texte, même s’il est sans valeur contraignante, a été adopté par 154 voix pour, 72 contre et 43 abstentions. Cette résolution reprend la définition de l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA), déjà validée par le Parlement européen et 20 pays dont 16 de l’UE, et appuyée par Emmanuel Macron qui en février avait affirmé vouloir élargir la définition de l’antisémitisme à l’antisionisme….

Le député Sylvain Maillard

Cette résolution avait pour but comme évoqué plus haut de donner suite à un engagement d’Emmanuel Macron lors du dernier dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), ou le président de la République avait annoncé que la France allait « mettre en œuvre la définition de l’antisémitisme adoptée par l’Alliance internationale pour la mémoire de la Shoah (IHRA) ». L’objectif ? « Préciser et raffermir les pratiques de nos forces de l’ordre, de nos magistrats, de nos enseignants, leur permettre de mieux lutter contre ceux qui cachent derrière le rejet d’Israël la négation même de l’existence d’Israël. »

Le texte a été voté mais non sans mal et non sans surprise. Peu de députés ont voté. Il a été adopté par un très faible nombre de voix : Sur les 577 députés qui siègent à l’Assemblée Nationale 154 ont voté pour (des élus LaREM et LR principalement). Heureusement seulement 72 ont voté contre (essentiellement des socialistes, des communistes et des insoumis). En outre, de très nombreux parlementaires n’ont pas pris part au vote, alors même qu’ils étaient près de 550 présents deux heures plus tôt pour l’adoption définitive du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Si une telle résolution est inédite dans l’enceinte du parlement français, le désaccord au sein du groupe LRM, l’est tout autant  alors que la résolution émanait de l’un de ses membres. Sur ses 303 députés LRM, 84 ont voté en faveur du texte soit moins d’un tiers du collectif macroniste. 26 ont voté contre quand 22 se sont abstenus. La grande majorité du groupe était absente lors du vote.

Même si la résolution adoptée n’a pas de valeur contraignante, il n’en reste pas moins que le geste du pouvoir législatif français est symbolique et fort. Il a d’ailleurs été salué par Israël. Le ministre israélien des Affaires étrangères Israël Katz a « salué la décision du Parlement français » et a appelé les « autres pays à suivre l’exemple de la France ». « J’ai l’intention de continuer à agir pour que davantage de pays comprennent et soutiennent la définition de l’antisionisme et de la haine d’Israël comme antisémitisme », a déclaré Katz. « Il s’agit d’une étape importante dans la lutte contre l’antisémitisme et j’appelle les autres pays à suivre la trace de la France ».

Le ministre de la Sécurité publique, Gilad Erdan, a également salué le projet de loi et demandé de continuer à agir activement contre le mouvement anti-israélien BDS.

Le Crif s’est lui aussi réjoui, notant « une avancée pour la France » et « une étape nécessaire pour renforcer la lutte contre un fléau qui représente plus de 50% des actes racistes dans notre pays ».

De son côté, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a salué avec ce vote « un geste symbolique fort » alors que 107 tombes du cimetière juif de Westhoffen ont été découvertes hier taguées de croix gammées.

Dans un communiqué, la préfecture du Bas-Rhin a indiqué que des « inscriptions antisémites » ont été repérées dans le cimetière juif du village, et que 107 tombes ont été  maculées de « croix gammées ». « C’est la consternation, c’est le choc », a  rapporté RTL. Pierre Geist, maire de Westhoffen, était très ému au téléphone : « Je suis écœuré, c’est une honte. » Il dit avoir été prévenu par les gendarmes vers 14h. Jean-Louis Debrė a appelé le maire dans l’après-midi: sa tombe familiale fait partie des tombes profanées.

Tel-Avivre –

 

 

 

 

Print Friendly

3 Responses to Historique: le parlement français a voté une loi affirmant que l’antisionisme est une forme moderne d’antisémitisme

  1. Je n’aime pas la politique arabe de la France qui se traduit par des votes à l’onu, l’unesco… contre Israël dans tous les cas. Mais aujourd’hui je suis heureusement surpris malgré toutes les réserves déjà mentionnées.

  2. C’est bien, mais c’est une loi non contraignante. Et meme si elle l’etait les terroristes meurtriers sont considérés non responsables puisque sois disant privés de discernement au moment de l’acte, comme c’est le cas du meurtrier de Mme Alimi, traitee de salle juive depuis des semaines, torturée puis defenestree vivante. Son tortionnaire et assassin etait sous l’emprise du canabis ce qui, selon les experts psychiatres, l’avait privé de discernement !! Honte à ces experts et au juge qui a suivi.
    Ces experts et juges doivent prendre conscience que déjà les attentas ne visent pas que les juifs et qu’ils pourraient se retrouver face a un tel drame sur un de leur proche. Classeront ils encore comme non responsables et ferons t ils ainsi les auteurs échapper à la justice ?

  3. C’est une première étape positive après 70 ans d’attente.Espérons qu’une loi prévoyant des peines sévères de prison sera votée rapidement.
    Seules des peines de prison ferme pour les faiseurs d’opinion ( journalistes, politiciens, artistes,… ) auront de l’effet. Quelques exemples devraient suffire.
    Les autres solutions pour lutter contre l’antisémitisme ont échoué depuis plus de 2000 ans, essayons donc autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *