Pour la Journée contre les violences faites aux femmes, Tel Aviv expose les vêtements de femmes assassinées par leur conjoint

À l’occasion lundi de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la municipalité de Tel-Aviv expose des vêtements de femmes assassinées par leur conjoint….

Crédit municipalité

Dans le cadre de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, la municipalité de Tel-Aviv présente jusqu’à mardi l’exposition intitulée She’s Gone de l’artiste Keren Golstein Yehezkeli, à l’entrée du bâtiment, une collection de vêtements portés par des femmes assassinées par leur mari.  .

« Chacune de ces femmes a une histoire de vie, une histoire, » explique Keren Golstein Yehezkeli. « Ce sont des mères, des sœurs, des filles, et elles ont toutes une chose en commun : une fin tragique de leur vie. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour éviter le prochain meurtre. »

.

.

Par ailleurs, en Israël, à l’occasion de cette journée, la WIZO a aussi organisé sa campagne. De nombreux bâtiments comme celui de la municipalité de Tel Aviv-Jaffa, du stade Sami Ofer à Haïfa, du bâtiment de la municipalité de Beersheba , du pont Meitarim à Jérusalem et beaucoup d’autres encore, se sont illuminés en rouge.

D’autre part, il y a quelques jours, un rapport du Bureau central des statistiques  a révélé  que quatre israéliennes sur cinq victimes d’abus sexuels ne portent pas plainte. Presque toutes les femmes en Israël victimes de harcèlement sexuel (95,4%) et 79,2% de celles qui sont agressées sexuellement ne portent pas plainte à la police, selon cette nouvelle étude du Bureau central de la statistique (CBS). Le bureau a constaté que la plupart des actes de harcèlement ne se produisent pas sur le lieu de travail. Environ 103 000 femmes, soit 73,6% des victimes de harcèlement sexuel, ont signalé des incidents survenus en dehors de leur lieu de travail et seulement 26,4% des femmes ont signalé des actes de harcèlement sur leur lieu de travail.

Enfin selon le rapport, en 2018,  336 000 femmes âgées de 20 ans et plus (11,8% des femmes israéliennes) ont été victimes de diverses infractions. Au cours de cette année, les infractions les plus courantes chez les femmes étaient:
1. Harcèlement sexuel (4,9%)
2. Infractions en ligne  (3.4%)
3. Vol (3,3%)
4. Violence ou menace de violence (2,4%)
5. Agression sexuelle (0,5% soit une femme sur 200)

Tel-Avivre –

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *