Encore un geste historique de l’administration Trump envers Israël

Les Etats-Unis ne considèrent plus les implantations israéliennes comme contraires au droit international, a déclaré hier soir à la télévision le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo expliquant que cette décision avait été prise après un examen d’un an effectué par le bureau juridique du département d’État. En déclarant ainsi que les implantations en Judée Samarie ne sont pas illégales, les Etats-Unis ajoutent une mesure pro-israelienne supplémentaire à toutes celles prises par le président Trump sur le conflit au Moyen Orient. Cette décision s’inscrit dans la continuité diplomatique d’une administration américaine, qui depuis l’élection de Trump, procède avec méthode…

Mike Pompeo

Après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem et  la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur le Golan, la déclaration de l’administration Trump  selon laquelle les implantations israéliennes en Judée-Samarie ne violent pas le droit international marque un changement  révolutionnaire  dans la position américaine sur la question et constitue  un geste extraordinaire de plus dans le soutien à Israël.

En 1978, l’administration Carter avec Cyrus Vance comme secrétaire d’Etat, avait conclu que les implantations juives étaient incompatibles avec le droit international et au cours  des derniers jours de l’administration Obama, le président des États-Unis, en refusant d’imposer son veto  sur la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations Unies, avait autorisé celui-ci à adopter une résolution déclarant que les colonies de peuplement étaient une «violation flagrante» du droit international. Cette fois, Mike Pompeo s’est rangé derrière l’ancien président Ronald Reagan qui avait estimé au cours d’une rencontre avec des journalistes peu de temps après son arrivée à la Maison Blanche, le 2 février 1981, que ces colonies « n’étaient pas illégales ». Mais à l’époque Reagan avait ajouté  que «la poursuite de la colonisation des territoires palestiniens occupés à partir de la guerre de 1967 était  peu judicieuse » et « inutilement provocatrice ». Il avait même appelé à un gel. De fait, la position des administrations américaines successives, démocrates comme républicaines, a toujours été de considérer la colonisation comme un « obstacle à la paix ».

« Notre décision ne porte pas préjudice à un accord de paix entre Israéliens et Palestiniens. Nous constatons simplement que la position américaine qui jusqu’à présent, considérait ces implantations comme illégales, n’a pas servi à faire avancer la paix« , a, hier soir, expliqué le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

Après la déclaration télévisée de Mike Pompeo, Benjamin Netanyahou et Benny Gantz ont immédiatement applaudi la décision américaine sur Twitter.

Netanyahou en écrivant: « les Etats-Unis réparent l’injustice historique, le peuple juif n’est pas étranger en Judée-Samarie  » et Benny Gantz en félicitant le gouvernement américain « pour son importante décision », ajoutant que « le sort des implantations devrait être déterminé par des accords répondant aux exigences de sécurité et promouvant la paix. »

Tel-Avivre – 

 

Print Friendly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *