L’armée israélienne élimine un dirigeant du Jihad islamique à Gaza. Une escalade dans la région est à craindre…

L’armée israélienne a renoué pour la première fois depuis 2014 avec les attaques ciblées en tuant  un commandant du Jihad islamique du nom de Bahaa Abu al-Atta dans une frappe aérienne lundi vers 04h du matin à Gaza. Cette attaque a été suivie quelques heures plus tard par des tirs de roquettes du Jihad et du Hamas sur le sud et le centre d’Israël…

(Un message important des forces de sécurité israéliennes: Si vous habitez en Israël et que vous êtes appelé sur votre portable depuis un indicatif 099, 059 ou encore 000, ne rappelez surtout pas et déconnectez votre téléphone, il s’agit d’une opération du Hamas et du Jihad qui vise à déterminer des emplacements pour lancer des roquettes)

Rassemblement autour de la maison du commandant  du Jihad islamique palestinien, Baha Abu Al-Atta, touchée par une frappe israélienne dans la ville de Gaza le 12 novembre 2019. Photo de Hassan Jedi / Flash90

Abou Al-Ata, âgé de 42 ans était le chef du Jihad islamique palestinien, responsable de la section de la bande de Gaza appartenant aux Brigades Al Qods. Le groupe palestinien soutenu par l’Iran a confirmé la mort du commandant  et a juré de la venger. L’homme éliminé dans sa chambre au deuxieme étage de la maison était perçu comme un leader dans l’enclave côtière dirigée par le Hamas en partie à cause de ses liens étroits avec Téhéran et aussi en raison du déclin de popularité du Hamas à Gaza. Abou al-Ata avait obtenu de la part de l’Iran des roquettes plus puissantes et à plus longue portée pour ses attaques contre le sud et le centre d’Israël. Ces dernières années, Abu al-Ata avait personnellement dirigé des attaques majeures contre Israël, notamment l’attaque meurtrière d’infiltration en 2008 au cours de laquelle quatre terroristes se sont rendus en territoire israélien et ont tué deux soldats de Tsahal au dépôt de carburant de Nahal Oz.

Vers 6 heures du matin, des sirènes d’alerte à la roquette ont retenti dans les villes israéliennes entourant la bande de Gaza, notamment Ashkelon, Ashdod et Gedera et aussi à Sderot. Une heure plus tard, des sirènes ont également été entendues dans le district de Gush Dan, dans le centre d’Israël, notamment à Tel Aviv, Holon et Rishon Lezion.

Israel Railways a annoncé que le service entre Ashkelon et Beer Sheva avait été temporairement suspendu. Le ministère de l’Éducation israélien a fermé les écoles de Gaza et des villes du sud mais aussi celles de Tel Aviv, de Modi’in, de Bnei Brak, de Ramat Gan, de Givatayim, de Bat Yam, de Holon et de Rishon Lezion. Le Cabinet de sécurité s’est réuni en urgence à Tel Aviv à 9h00 ce matin.

Une maison à Sderot a été touchée directement par une roquette. Personne n’a été blessé dans l’incident. Un porte-parole de l’hôpital Barzilai d’Ashkelon a déclaré que trois personnes à Ashkelon avaient été blessées par les attaques à la roquette – deux sont sous le choc et une autre légèrement blessée. Les ambulanciers paramédicaux du Magen David Adom ont traité un homme de 45 ans pour anxiété et une femme de 18 ans, légèrement blessée, alors qu’elle se dirigeait vers un abri. Ils ont été évacués vers l’hôpital Assuta d’Ashdod.

Tel-Avivre –

 

Print Friendly

3 Responses to L’armée israélienne élimine un dirigeant du Jihad islamique à Gaza. Une escalade dans la région est à craindre…

  1. Que du BLA BLA BLA depuis des décennies SANS RIEN FAIRE POUR PROTEGER LES CIVILS ISRAELIENS DANS LE SUD. En deux mots : NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER!!!!!!

  2. Tout à fait. Beaucoup de gens n’ont pas d’abris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *