C’est officiel, les touristes israéliens ne peuvent plus entrer librement à Naharayim

Samedi à 16h00, les portes des enclaves israéliennes se sont fermées pour la dernière fois. Les terres de Naharayim et Tsofar sous contrôle israélien depuis plus de 70 ans, étaient depuis 1994 sous souveraineté jordanienne mais prêtées pour une période de 25 ans renouvelable à Israël.

Mais le roi Abdullah II de Jordanie sous pression de la rue a décidé de ne pas renouveler l’annexe du traité de paix concernant le statut des deux enclaves frontalières. Les Israéliens ne pourront plus accéder à « l’île de la paix »…

L’île de la paix à Naharaim, dans le nord d’Israël, à la frontière avec la Jordanie, le 9 novembre 2019. Photo de Basel Awidat / Flash90

La Jordanie qui a signé la paix avec Israël en 1994 est le seul pays arabe, avec l’Egypte, à entretenir des relations diplomatiques avec l’Etat hébreu mais les relations entre les deux ont souvent été froides face aux divergences sur les politiques israéliennes à Jérusalem où la Jordanie est la gardienne de sites musulmans. Des pressions intenses sont exercées régulièrement sur le gouvernement par la population jordanienne qui considère encore largement Israël comme un ennemi.

Le traité de paix signée en 1994 entre la Jordanie et Israël autorisait la « mise à disposition » de terres jordaniennes à des propriétaires israéliens pour une période de 25 ans, dans les régions de Baqoura/Naharayim et Ghoumar/Tzofar. En vertu du traité de paix, ces deux zones étaient donc reconnues comme relevant de la souveraineté jordanienne mais prêtées à Israël. Un addendum à l’accord stipulait que les zones seraient louées pour une durée de 25 ans et que l’une ou l’autre des parties pourrait décider d’y mettre fin avec un préavis d’un an.

En octobre de l’année dernière, le roi Abdullah II de Jordanie, après une manifestation  de la rue et sous la pression de son opposition parlementaire, avait annoncé à Israël qu’il ne renouvellerait pas l’accord sur ces terres d’une dizaine de kilomètres carrés situées au confluent du Jourdain et du Yarmouk dans le désert du Néguev et sur lesquelles des fermiers israéliens cultivent céréales, fruits et légumes.  L’annonce du roi Abdallah a été officialisée à Amman et dans une déclaration que l’ambassade de Jordanie a transmise au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. «Nous exerçons notre pleine souveraineté sur nos terres», a-t-il déclaré. « Dans ces circonstances régionales, notre priorité est de protéger nos intérêts et de faire tout ce qui est nécessaire pour la Jordanie et les Jordaniens. » a ajouté le roi de Jordanie.

Samedi, des centaines d’Israéliens ont saisi la dernière occasion de visiter  «l’île de la paix». Les gens y sont venus en bus et en voiture et à 16 h 30, les Forces de Défense israéliennes ont bloqué la route menant à cette «île de la paix» un symbole pour les deux pays mais qui a tout de même été entaché, rappelons le, lorsqu’en 1997, sept jeunes écolières israéliennes avaient été assassinées par un terroriste jordanien alors qu’elles visitaient le lieu lors d’un voyage scolaire. Le terroriste responsable de ce carnage a  été libéré de prison en mars 2017.

Tel-Avivre –

 

Print Friendly

7 Responses to C’est officiel, les touristes israéliens ne peuvent plus entrer librement à Naharayim

  1. la gestion de la mosquée par la jordanie ? c’était pas aussi pour 25 ans ?
    la fourniture de l’eau à la jordanie , c’etait pas pour 25 ans aussi ?
    et si israel avait refusé ? il se passerait quoi ?

  2. J’espere Que ces jordaniens vont manger leur terre
    Et que le sang des écolières sera venger!
    On fait la paix avec qui ????

  3. Tant que nos voisins seront de cette engeance il n’y aura pas de calme et encore moins de paix.
    Il est impossible de construire avec ces sauvages génétiques quelque processus constructif, ils trouvent le moyen de passer leur vie à s’étriper mutuellement, ces sauvages ne pourront jamais atteindre le seuil de l’humanité.

  4. Atteint du syndrome de la magniakerie couplé avec le virus de la naziardise mélé avec le gêne de la bétise et du microbe de la detestation, les Arabes, Jordaniens ou pas accompagnés de leurs députés descendent dans la rue pour mettre fin ou plutôt commencer à préparer la nouvelle guerre contre notre état.
    Voila ! une piqure de rappel tous les 20 ans pour une bonne tannée avec des milliers de morts pour leur faire comprendre qui est le BOSS.
    Ches ces gens, ce n’est que la force qu’ils comprennent, vue leur état mental et physique.

  5. Pingback: À compter de ce dimanche, les touristes israéliens ne peuvent plus entrer librement à Naharayim | Coolamnews

  6. J’espère que la frontière sera fermée des deux cotés, et que plus rien ni personne ne passera ni dans un sens ni dans l’autre, je trouve assez amusant d’entendre ou de lire sans cesse dire qu’il y a la paix avec ce pays alors qu’en réalité c’est juste un traité de non agression militaire entre les deux pays, la Jordanie reste un ennemi de l’état d’Israël et sa haine contre le peuple d’Israël ne cesse de s’aggraver et pour cette raison capitale Israël devrait prendre ses distances avec ce peuple qui maudit tous les jours et très officiellement notre pays.

  7. 25 ans ne veut pas dire éternellement !!…
    Parlons alors des fameux « territoires OQP »
    Le partage de1947 est-il respecté en 2019??
    Alors n’en rajoutez pas de la haine à la haine. Vous traitez vos voisins de sauvages..!! Ce n’est pas courtois de la part d’un israélien qui se veut digne de ce nom. Désolé les discours de haine n’engendre que la haine, c’est Yizhak Rabin qui l’a dit !! Et qui l’a assassiné ?? C’est un Israélien ce n’est pour autant que tous les Israéliens sont des « Sauvages »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *