La fédération Iranienne de Judo interdite de compétition neuf mois avant les Jeux olympiques de Tokyo

Suite aux pressions en août dernier subies par le judoka iranien pour ne pas combattre contre un Israélien, la Fédération Internationale de Judo (IJF) a suspendu mardi  la Fédération Iranienne de Judo, qui pourrait donc ne pas participer aux JO de Tokyo en 2020…

.

En septembre dernier, le judoka iranien, champion du monde en titre 2018, Saeid Mollaei avait subi des pressions des autorités iraniennes pour perdre sa demi-finale et son combat pour la troisième place des moins de 81 kg aux Mondiaux de judo de Tokyo, pour  éviter de rencontrer ensuite l’Israélien Sagi Muki. Le judoka iranien qui a dénoncé les pressions exercées n’est pas rentré en Iran, il a quitté Tokyo pour se réfugier à Berlin où il se trouve encore actuellement.

Suspendue provisoirement depuis le 18 septembre par la Fédération internationale de judo (IJF), la fédération iranienne a vu, mardi 22 octobre, sa sanction confirmée jusqu’à nouvel ordre par l’autorité du judo mondial, pour avoir obligé l’un de ses membres à perdre afin d’éviter de rencontrer un athlète israélien lors des Mondiaux de Tokyo.

Si l’Iran souhaite participer aux Jeux olympiques de Tokyo, elle devra donc revoir sa copie lorsqu’il s’agit d’affronter les israéliens sur le tatami car dans un communiqué de presse, la IJF a déclaré que l’interdiction sera effective « jusqu’à ce que la Fédération iranienne de judo donne de solides garanties et prouve qu’elle respectera les statuts de la IJF en acceptant que ses athlètes se battent contre des athlètes israéliens ».

Le judo est l’un des points forts de l’Iran et la sanction est prise très au sérieux par les autorités qui ont cependant encore une porte de sortie puisqu’ils peuvent jusqu’au 12 novembre contester la décision devant devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). Espérons que celui-ci suive la décision de la Fédération du Judo Internationale.

à suivre…

Tel-Avivre –

 

Print Friendly

2 Responses to La fédération Iranienne de Judo interdite de compétition neuf mois avant les Jeux olympiques de Tokyo

  1. Décision courageuse mais qu’offre-t-on comme avenir à ce champion du monde ? Il lui est dangereux de revenir en Iran, impossible de concourir sous une autre nationalité, je suppose. Absurdité intéressante dans le domaine de sport d’un régime très orienté idéologiquement au point de limiter dangereusement le développement et la vie de ses propres citoyens. En brocardant la tricherie du pouvoir iranien, on pourrait mieux affronter ce régime vu ses conséquences délétères pour le développement humain et une certaine fraternité entre les cultures et les hommes. Nathan le Toqué

  2. Ma réaction à votre information est déjà écrite il y a 5 minutes. Sanctionner la fédération iranienne de judo est un prolongement d’une politique de mise à l’écart mais rendre ridicule cette idéologie par l’humour, la comparaison des résultats que cela a sur les membres de la société soumise à ces règles de haine, de jalousie et d’envie… pourrait être beaucoup plus efficace car ils attachent dde l’importance à leur aura, leur réputation, leur honneur. Nathan le Toqué de Bruxelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *