La crise financière croissante oblige Ramallah à moins de fierté concernant les recettes fiscales versées par Israël

Un accord a été conclu vendredi avec Israël sur le transfert des recettes fiscales dues à l’Autorité palestinienne. L’Autorité palestinienne, à court d’argent, acceptera à nouveau les recettes fiscales collectées pour son compte par Israël, après l’avoir rejetée pendant des mois, ont annoncé vendredi des responsables israéliens et palestiniens…

Photo by Flash90

En vertu d’un traité économique conclu en 1995 entre Israël et les Palestiniens, l’État hébreu perçoit les taxes du commerce palestinien pour le compte de l’Autorité palestinienne et les lui restitue pour payer les salaires de ses employés. Depuis quelques temps, Israël retire chaque mois une partie  des recettes fiscales versées à l’Autorité palestinienne pour sanctionner le fait que celle-ci verse des salaires  aux familles de Palestiniens qui ont perpétré des  actes terroristes anti-israéliens.

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

En février dernier, Israël avait annoncé qu’elle réduirait de 5% les revenus fiscaux d’environ 190 millions de dollars transférés chaque mois à l’Autorité palestinienne. La somme déduite représente le montant des sommes versées par l’Autorité palestinienne aux familles de Palestiniens condamnés et emprisonnés par Israël pour des infractions à la sécurité, notamment des attaques meurtrières contre des Israéliens.

Par fierté, le président palestinien Mahmoud Abbas avait refusé d’accepter les remises fiscales partielles d’Israël, affirmant que l’Autorité palestinienne avait droit à tout l’argent prévu dans les accords de paix intérimaires.

Au cours des derniers mois, plusieurs réunions ont eu lieu entre les deux parties afin de discuter de questions économiques. Hussein al-Sheikh, membre du comité central du Fatah, le parti du président palestinien Mahmoud Abbas, a déclaré dans un tweet qu’il avait rencontré jeudi le ministre israélien des Finances, Moshe Kahlon, pour discuter de « toutes les questions financières en suspens ». Un  porte-parole du ministère israélien des Finances a déclaré que 1,5 milliard de shekels (environ 430 millions de dollars) seraient remis à l’Autorité palestinienne ce dimanche.

Les transferts fiscaux représentent environ la moitié du budget de l’Autorité palestinienne, selon les données du ministère des Finances palestinien.

Tel-Avivre –

Print Friendly

4 Responses to La crise financière croissante oblige Ramallah à moins de fierté concernant les recettes fiscales versées par Israël

  1. jeremie etsesjeremiades

    Oui mais Israël devrait verser les 5% retenus tous les mois aux victimes juives pour ne jamais discuter de leur restitution . C’est ça la vraie justification de cette retenue : le dédommagement .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *