L’audience préliminaire de Benjamin Netanyahou débute ce mercredi. À quoi faut-il s’attendre ?

La série d’audiences qui commence ce mercredi et qui durera quatre jours est la dernière chance pour les avocats de Benjamin Netanyahou de présenter leurs arguments avant qu’Avichai Mandelblit, le procureur général ne décide de mettre en accusation le Premier ministre pour corruption, fraude et abus de confiance. Mandelblit devrait statuer d’ici fin décembre s’il convient de porter des accusations contre Netanyahou…

Benjamin Netanyahou et Avichai Mandelblit Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou tentera donc d’éviter les inculpations de corruption, fraudes et abus de confiance lors d’une série d’audiences préliminaires qui commencent aujourd’hui et au cours desquelles les avocats de Netanyahou sont censés  nier toute infraction pénale dans trois affaires afin que le procureur général ne porte pas d’accusations contre lui.

Pour recevoir nos articles au quotidien, cliquez ici

Quelles sont les allégations portées contre Benjamin Netanyahou?

Le procureur général Avichai Mandelblit avait annoncé en février dernier qu’il engagerait des poursuites au pénal contre Netanyahou dans le cadre d’enquêtes qui concernent trois affaires communément nommées 4000, 1000 et 2000.

En bref, dans l’affaire 4000, sans doute la plus dangereuse pour le premier ministre, Netanyahou est suspecté d’avoir octroyer des faveurs réglementaires à la société de télécommunications israélienne, Bezeq en échange d’une couverture médiatique flatteuse de WallaNews!!, le site d’information israélien  contrôlé par Shaul Elovitch alors président de Bezeq. Le 2 décembre 2018, la police a recommandé la mise en examen de Netanyahou dans cette affaire  qui vise également Shaul Elovitch, principal actionnaire de Bezeq et sa femme, ainsi que Stella Handler, PDG à l’époque du groupe de télécommunications. Le procureur général avait mis hors de cause Sarah et Yaïr Netanyahu, l’épouse et le fils du Premier ministre.

Dans l’affaire 1000,  Netanyahou et son épouse auraient reçu des cadeaux (pour 700 000 shekels de cigares de luxe et bouteilles de champagne) de la part des richissimes Arnon Milchan, citoyen israélien et gros producteur  hollywoodien et James Packer, milliardaire australien en échange de faveurs financières ou personnelles.

Dans le  dossier 2000, le Premier ministre aurait, selon les enquêteurs, tenté de s’assurer une couverture médiatique favorable dans le plus grand quotidien israélien payant, le Yediot Aharonot en promettant à son patron, Arnon Moses un projet de loi qui aurait limité la diffusion d’Israël Hayom, le plus grand  quotidien gratuit et principal concurrent du Yediot.

Netanyahou, qui nie en bloc toutes les allégations et qui se dit victime d’une «chasse aux sorcières» orchestrée par les médias et par la gauche pour le destituer de ses fonctions, a demandé à ce que l’audience soit retransmise en direct car il n’a « rien à cacher ». Mandelblit a rejeté sa demande affirmant que l’audience avait pour but de convaincre les autorités judiciaires et non le public.

A quoi sert cette audience préliminaire et quand en connaîtra-t-on la conclusion?

Elle donne à l’équipe juridique du premier ministre une chance de plaider  et de convaincre le procureur général d’abandonner les accusations ou tout du moins de les atténuer. Netanyahou ne devrait pas assister aux audiences, prévues aujourd’hui et jeudi ni à celles de  dimanche et de lundi prochain. En outre, le procureur général devrait décider peu de temps après la fin de l’audience, au maximum d’ici fin décembre, s’il convient ou non d’inculper Netanyahou.

Que se passera-t-il si Benjamin Netanyahou est mis en examen?

La loi n’oblige pas Netanyahou à démissionner s’il est inculpé. Le premier janvier, il avait d’ailleurs déjà indiqué qu’il ne démissionnerait pas s’il était mis en examen. Il ne sera contraint de démissionner que s’il est  condamné  mais le procès pourrait prendre des années et Netanyahou pourrait aussi choisir  un accord de plaidoyer plutôt que de subir un procès.

Quelles peines risque-t-il ?

Les accusations de corruption sont passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 10 ans. La fraude et l’abus de confiance entraînent une peine de prison allant jusqu’à trois ans.

En résumé, c’est une journée compliquée qui attend le premier ministre qui, incapable de former un gouvernement, devrait aussi rendre ce soir le mandat confié par le président de l’Etat il y a seulement une semaine…

Tel-Avivre –

Print Friendly

2 Responses to L’audience préliminaire de Benjamin Netanyahou débute ce mercredi. À quoi faut-il s’attendre ?

  1. Claude Jean Marie

    Les chacals sont partout:
    En Israêl, aux USA, en France, ….

  2. Cette chasse aux sorcières est un scandale; c’est l’alliance des incapables parmi la Presse , la Politique, les Universités, les Magistrats,…
    Les nabots veulent faire un coup d’état.
    C’est dramatique dans un pays menacé comme Israël.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *